Promotion du tourisme sous le régime de la rupture: De grandes attentes, peu de résultats

508

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Au début du quinquennat entamé par le régime actuel, le régime Talon,  l’une des grosses promesses faites à la population béninoise est que le tourisme sera le secteur qui va servir de levier pour le développement de cette nation. Et cela, entre temps, a sonné dans la tête des uns et des autres comme la promesse du siècle et du salut. L’applaudimètre a graduellement grimpé et l’unanimité était rapidement faite autour de ce projet, qui aujourd’hui se dessine déjà comme un attrape-nigaud.

La longue liste des chantiers annoncés pour le redressement et la promotion du tourisme béninois, ainsi que  les milliards déjà engloutis à cet effet depuis quatre ans que Talon et son équipe s’est installé, n’ont révéler qu’une minuscule réalisation en contrario aux attentes des populations.  Pour être plus clair, Talon a déjà fait quatre ans de règne et tend vers sa cinquième année de gestion du pouvoir d’Etat et le tourisme est toujours au sol. « La position stratégique du Bénin en Afrique de l’Ouest, son capital humain, sa stabilité politique et ses patrimoines sont des avantages indiscutables. Il est donc crucial de mieux faire connaître et exploiter ces forces.  Le Bénin est l’un des pays africains au plus fort potentiel touristique. L’ambition du Gouvernement est de faire du tourisme une filière de développement économique créatrice de richesses et d’emplois, une filière économique majeure et le principal outil de rayonnement du Bénin à l’international. Pour atteindre cet objectif, le Bénin dispose de nombreux atouts : La culture, les arts et la civilisation Vaudou, les vestiges et la mémoire de la traite négrière à Ouidah, les palais royaux d’Abomey et leurs sites archéologiques qui datent de plusieurs millénaires, le plus grand parc animalier d’Afrique de l’Ouest, avec sa faune variée, sa flore et ses paysages uniques (Pendjari, Parc Régional W), la plus grande cité lacustre d’Afrique (Ganvié), les cités balnéaires et lagunaires. Ces atouts seront développés à travers sept projets phares, qui seront appuyés par des réformes structurelles permettant d’aligner le cadre opérationnel du secteur touristique béninois sur les standards internationaux. Entre autres : la  mise en place de mécanismes de financement adaptés pour le secteur du tourisme et de la culture (fonds de garantie…), la mise en place des Comptes Satellites, du Tourisme et dynamisation du système de production des statistiques culturelles, le renforcement du système de certification Projets phares du tourisme et de la culture, le positionnement de la Pendjari et du Parc Régional W comme le parc naturel animalier de référence de l’Afrique de l’Ouest, la réinvention de la cité fluvio-lacustre de Ganvié, le développement de pôles touristiques à Abomey et Porto-Novo autour des arts, cultures et arènes d’expression vaudous ainsi que de l’histoire du royaume d’Abomey, la création d’une expérience touristique premium autour des Tata Somba, avec la construction d’une quarantaine de logements de standing inspirés de l’architecture des Tata Somba et la valorisation de l’héritage matériel et immatériel des peuples du nord du Bénin, la reconstruction à l’identique de la cité historique de Ouidah, avec notamment l’aménagement d’un parcours mémoriel et la requalification des circuits historiques afin de faire de Ouidah la destination phare du tourisme mémoriel en Afrique, l’aménagement de stations balnéaires le long de la zone de développement touristique de la Route des Pêches, pour en faire des espaces de loisirs et de détente et accueillir des hôtels de standing, ainsi que des établissements de luxe nichés dans la mangrove. A tout cela s’ajoute de nouveaux projets tels que : le développement durable du tourisme dans le Parc Régional W, la mise en place d’un fonds de bonification des crédits des projets culturels, la promotion des talents et renforcement des capacités dans le secteur de la culture, la préservation et mise en valeur du patrimoine culturel et du patrimoine naturel à caractère culturel, la construction des théâtres de verdure, aménagement des sites touristiques et numérisation des bibliothèques nationales », a estimé le Président de la république, Patrice Talon, dans le contenu de son programme d’action du gouvernement (2016-2021) fortement médiatisé.

 

Maintenant…

- Advertisement -

2021 est déjà à la porte et dans ce filet de rêve, c’est seulement les quelques attouchements du parc de la Pendjari, de la route des pêches et des investissements infructueux dans les activités culturelles qui sont perceptibles. Sur la quinzaine de projets, même le quart n’est pas concrétisé. Les artistes ne sont pas promus. Du moins, comme  c’aurait été envisagé. Il n’y a jamais eu de saison artistique, la maison de l’artiste, encore moins le théâtre national n’est pas construit, bref… alors qu’on sait qu’il ne peut avoir de développement du tourisme sans la promotion de l’événementiel et donc des manifestations artistiques et culturelles à savoir les festivals d’art culinaire, de la musique, de la danse, d’humour et autres autour des sites touristiques à viabiliser. Et l’autre constat est que sur les quatre ans, même avant l’avènement du Coronavirus, le secteur artistique et culturel a plus tourné au ralenti qu’à l’époque du régime défunt, du fait de la gestion très orientée qui en est faite.  Comment a-t-on voulu alors faire du tourisme le levier du développement du Bénin si des notions de base n’ont pas été quasiment prises en compte ou perçues? Faudra-t-il un autre quinquennat d’espoir pour la population, notamment pour la communauté artistique et culturelle, toujours avec les chantres de la rupture ? Ou bien, comme l’Etat est une continuité, faudra-t-il que quelqu’un d’autre vienne poursuivre ce qui est entamé quand on sait que nous sommes dans un pays où cette continuité n’est que théorique le plus souvent ? Ce sont là des questionnements qui accentuent le doute quant à ce qui concerne l’éclosion.

 

 

Teddy GANDIGBE   

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite