Après les communales 2020: Les Fcbe, quelles chances pour 2021?

680

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Après avoir été écartés des dernières élections législatives, les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) reviennent sur la scène politique au terme des élections communales de 2020. Si pour beaucoup, il s’agit d’un retour par la petite porte, le parti s’en sort tout de même avec le contrôle de sept (07) mairies à savoir Parakou, Kandi, Savè, Bantè, Sinendé, Bembèrèkè et Copargo. Suffisant pour parrainer une candidature à la présidentielle 2021? Quel sort pour les cauris en 2021?

Avec seulement sept (07) mairies dans l’escarcelle, les Fcbe ne pourront porter un candidat à l’élection présidentielle de 2021. En référence aux dispositions du code électoral sur le parrainage à la présidentielle, les Fcbe se retrouveront sans nul doute dans un dilemme en 2021. Conformément à la loi modificative 2019-43  portant Code électoral en République du Bénin, adoptée le 14 novembre 2019 par l’Assemblée nationale, nul ne peut se porter candidat à la présidentielle, aux fonctions de président de la République ou de vice-président de la République, si en amont sa candidature « n’est dûment parrainé par un nombre de députés et/ou de maires correspondant à au moins 10% de l’ensemble des députés et des maires ». C’est le dernier alinéa de l’Article 132 dudit texte électoral qui le mentionne au niveau du Livre III traitant des règles particulières pour l’élection du duo président de la République et vice-président de la République. N’ayant pas d’élus au Parlement, l’ancien parti de l’ancien président de la République, Boni Yayi n’avait plus qu’à miser sur les communales de 2020. Mais l’espoir s’est tôt estompé. N’ayant pas pu s’assurer du contrôle absolu d’au moins 16 mairies sur les 77, les Fcbe peuvent visiblement ne plus rêver pour la présidentielle de 2021. S’allier aux élus de la mouvance ou s’abstenir de porter un candidat, les Fcbe seront face à une autre réalité dans quelques mois seulement. Peut-être que le recours au débauchage peut aider à sauver les meubles. Mais à l’analyse des récents faits liés à la destitution des maires sous la Rupture, les cauris ne pourraient pas exceller sur ce chantier. De toute façon, l’avenir pourrait s’assombrir davantage pour les Fcbe, autrefois première force politique du Bénin.

Faut-il le rappeler, selon les résultats de la Commission électorale nationale autonome (Cena), les deux blocs proches du chef de l’Etat Patrice Talon ont tout raflé. L’Union progressiste (Up) obtient 39,97% des suffrages exprimés tandis que 37,38% ont accordé leur confiance au Bloc républicain (Br). Quant aux Fcbe qui ont toujours contrôlé depuis 2006 la majorité des mairies avec plus de 500 sièges obtenus en 2015, ils  s’en sortent seulement avec 260 sièges, selon la répartition de la Cena. Le retrait du président Boni Yayi aurait été un coup fatal à la formation politique, désormais aux mains de Paul Hounkpé. 14, 98%, c’est le pourcentage de suffrages exprimés en faveur des cauris.

- Advertisement -

 

 

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite