Confédération africaine de football: Djibril Traoré parle de Ahmad et de sa rupture de contrat avec Lagardère

823

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La gestion des trois derniers présidents de la Confédération africaine de football (CAF) était au menu de l’entretien qu’a accordé le journaliste malien Djibril Traoré aux hommes des médias de la tribune «Afrique Football Média». Le présentateur du journal télévisé de 20 heure sur l’ORTM n’a pas manqué de prodiguer quelques conseils à l’actuel président de la CAF, Ahmad avant de se prononcer sur la rupture de contrat entre la CAF et Lagardère.

«Tous ces trois derniers (présidents de la CFA, ndlr) font ce qu’ils peuvent. Le football n’est pas facile à diriger. Il est difficile de dire que tel a marqué», argumente d’entrée l’ancien correspondant de RFI et d’Africa N°1. «Issa Hayatou, c’est presque 30 ans (à la tête de la CAF, ndlr). Je peux dire qu’il a trop duré. Ça, c’est mon avis. Mais il a travaillé aussi. Il a fait ce qu’il a pu faire», souligne le journaliste chevronné Djibril Traoré. A l’en croire, le président actuel de la CAF a pris la tête de l’instance à un moment où il y a trop de problèmes. «Ahmad, il est tombé à un moment, dans cette affaire où il y a trop de problèmes. Sinon, c’est un monsieur qui est volontaire et qui veut bien faire. Qui ne veut pas bien faire quand tu es à la tête d’une Confédération comme la Confédération africaine de football (Caf) ?», a-t-il fait observer avant de préciser que, tous autant qu’ils sont, méritent leur place. «Je pense que ce sont des présidents qui méritent… Ahmad qui est là maintenant, il mérite d’être élu», souligne Djibril Traoré. Il n’a manqué de prodiguer des conseils au patron de la CAF. «A lui de savoir choisir les bonnes personnes, de s’entourer des bonnes personnes parce que, d’une manière générale, les gens qui sont tout autour de lui, certains sont là uniquement pour leur propre intérêt alors que c’est pour l’intérêt du football que les gens doivent être là. Sinon, Ahmad, il connaît la maison plus que beaucoup de gens. Il a duré là-bas. Il a été membre du Comité exécutif. Je pense qu’il peut faire du bon travail mais il faut qu’il soit aidé, surtout dans sa communication. Souvent, ça va de gauche à droite. Les gens ne savent pas quoi dire souvent. Ou bien, ils disent du n’importe quoi. Mais les gens pensent que ça joue contre Ahmad mais ça joue contre l’Afrique et contre la confédération africaine de football», a conclu le journaliste Djibril Traoré qui a, à son actif 19 participations à la Coupe d’Afrique des nations (CAN).

- Advertisement -

Quid de la rupture de contrat entre la CAF et Lagardère

«Nous sommes tous derrière la CAF», dira le journaliste malien. Pour l’ancien correspondant d’AITV et de RFI, tant que la CAF défendra les intérêts du football africain, il n’y a aucun problème. «Nous sommes derrière elle. Il n’y a même pas à discuter», lance-t-il. A l’en croire, la CAF est suffisamment avertie et suffisamment responsable pour casser un contrat. «La CAF reste toujours derrière l’intérêt du football africain à ce que je sache. C’est comme cela ça doit se passer. Je pense que ça se passera comme ça et vraiment, sur ce point, il n’y a aucun problème», souligne celui qui a couvert six Coupes du monde de football, deux Jeux olympiques et 19 Coupes d’Afrique des nations. D’ailleurs, en ce qui concerne la couverture des compétitions de la CAF, il pense que la CAF et son président Ahmad ont suffisamment d’expérience en la matière. «Ça fait, depuis 1957, ça a beaucoup évolué. Ahmad était là pour la plupart du temps et beaucoup de ses compagnons. Je pense qu’il n’y a pas de problème et on est tous là pour pousser cette CAF», avance-t-il avant d’inviter les uns et les autres à enterrer les petites histoires et à s’unir derrière le football africain en parlant le même langage.

A.F.S.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite