Réouverture annoncée des lieux de culte: Le gouvernement cède sous la pression

571

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les lieux de culte seront probablement ouverts le 02 juin prochain. C’est la décision issue d’une séance de rencontre avec des responsables religieux et le Comité Interministériel de Gestion de la Pandémie de la Covid-19. Il est probable que la réouverture prochaine des lieux de cultes, des bars et autres figurent dans l’agenda du gouvernement pour un retour progressif à la normalité. Mais on ne peut s’empêcher de constater que la date de 02 juin soit rendue publique, trois jours seulement après la sortie de l’Archevêque de Cotonou Mgr Roger Houngbédji. Le prélat avait critiqué la poursuite de la fermeture des lieux de culte, alors que les marchés sont ouverts, l’école a repris, le cordon sanitaire levé. « Les églises maintenues fermées comme de simples lieux de rassemblement au même titre que les bars, et lieux de loisirs, alors que marchés, supermarchés et autres lieux continuent de rassembler du monde », avait déploré le prélat. Avant lui, des dignitaires de la religion musulmane ont plaidé pour la réouverture des mosquées pendant les 10 derniers jours du jeûne Ramadan.

De plus en plus, il était devenu difficile pour le gouvernement de soutenir la logique de la poursuite de la fermeture des lieux de culte, alors que lui-même appelle les populations à sortir voter le dimanche prochain dans le cadre des communales. Même si, dans sa nouvelle vision qui consiste  à dire aux populations d’apprendre à vivre avec le mal, le gouvernement finirait, tôt ou tard, par lever toutes les restrictions, il faut reconnaître que ces derniers jours la pression s’est accentuée. Si au niveau des cultes, on continue de respecter la décision du gouvernement, on constate désormais une résistance du côté des bars. Il n’est pas rare de voir des gens, certes en nombre restreint, dans les bars depuis la levée du cordon sanitaire. C’est la preuve qu’à l’instar des promoteurs de bars qui n’arrivent plus à tenir, et sont de plus en plus tentés de braver la décision du gouvernement, les responsables religieux aussi n’en peuvent plus. Dans ces conditions, il n’y a rien d’autres de mieux à faire que de lever les restrictions dans un délai proche, surtout que le gouvernement, par l’organisation des élections communales, a donné un bon argument à ceux qui sont pour la levée de toutes les interdictions.

- Advertisement -

 

B.H

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite