Bloqués en Arabie saoudite pour coronavirus : Les étudiants béninois appellent au secours

2 675

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 

Environ une cinquantaine d’étudiants béninois de l’Université islamique de Médine en Arabie saoudite, désirant revenir au Bénin, se retrouvent dans l’impasse depuis plusieurs mois. Et ce, en raison de l’indifférence des autorités béninoises à leurs cris de détresse, selon un étudiant. A en croire ce dernier, la situation relative à la pandémie du coronavirus (Covid-19) devient davantage inquiétante au quotidien en Arabie saoudite. Et depuis des mois, mosquées, écoles coraniques, marchés sont fermés y compris la Kaaba. Nul ne sort dans la rue. Une situation suffocante pour les béninois qui ont fini leurs sessions d’évaluation (en ligne) et qui n’attendent quà rejoindre leur famille au Bénin. Mais qu’est-ce qui bloque leur retour au bercail ? Des explications des étudiants de Médine, il ressort que leur embarquement sera conditionné par le quitus des autorités béninoises. Le ministère béninois des affaires étrangères devra donc transmettre une autorisation de rapatriement aux autorités saoudiennes. Mais chose curieuse, toutes les démarches menées à l’endroit des autorités béninoises sont restées vaines. « Il suffit juste que le ministre des affaires étrangères du Bénin autorise le vol de l’Arabie saoudite en direction de Cotonou pour que nous nous retrouvons dans notre pays, le Bénin. Même si on devra nous mettre en quarantaine à l’arrivée, nous serons tout de même ravis de nous retrouver chez nous, dans notre pays » a confié un étudiant béninois en Arabie saoudite. Si les ressortissants de plusieurs pays étrangers comme la Lybie, le Nigéria, l’Afrique du sud sont déjà convoyés vers leur pays, les étudiants béninois se sentent plus que jamais délaissés en terre étrangère. Selon des confidences, ces compatriotes vivent le calvaire dans le pays car condamnés à se nourrir uniquement du riz. Ils appellent le gouvernement béninois à voler à leur secours. Le gouvernement est vivement interpellé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite