Opinion de Yslain Affoyon: Les médias à l’épreuve du Covid-19

1 020

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La crise sanitaire qui secoue le monde entier, n’épargne pas le Bénin. De nouveaux cas du COVID-19 se révèlent avec les jours qui se suivent sans qu’il ne soit trouvé un vaccin ou un traitement homologué par les instances sanitaires internationales. Cette situation a de lourdes conséquences sur la vie socio-économique des béninois. Les habitudes de consommation se voient bousculées et de nombreux secteurs d’activités devront, si ce n’est pas encore le cas, s’adapter rapidement.

Les médias, sous leurs diverses formes, font partie du quotidien du consommateur béninois et la pandémie qui sévit actuellement a aussi un réel impact sur ce secteur.

J’essayerai dans cette tribune, avec mon regard de professionnel du secteur de la publicité exerçant sur le marché béninois, de nous aider à comprendre comment les médias sont impactés par cette crise. Quelles sont les grandes tendances en termes de consommation des médias pendant cette période et comment celles-ci ont-t-elles influencé les habitudes des consommateurs et des annonceurs ?

Avec l’avènement du corona virus, les habitudes de consommations des médias ont connu quelques bouleversements. En effet, en période de crise sanitaire, la quête de l’information est davantage accrue. Les populations veulent s’informer et les acteurs ayant en charge de résorber la crise, souhaitent communiquer. Donc, les médias sont davantage sollicités en cette période. Au Bénin, les populations, bien que n’étant pas sujet à un confinement total, sortent néanmoins de moins en moins. Des sorties limitées, imposées par les mesures prises par le gouvernement. Il est d’ailleurs aisé de le constater sur nos grandes voies. Les embouteillages monstres ont laissé place à une circulation clairsemée.  Les campagnes en Out Door (affichage) ne font donc plus forcément bonne recette.  Elles voient leur audience diminuée.

Si l’OOH passe de mauvais temps, ce n’est certainement pas le cas de la tv et de la radio. Ces médias verront leurs audiences décuplées. Il ne saurait en être autrement. Les populations sortant moins et cherchant à s’informer ou même à se distraire, se tournent vers les médias de proximité ; la radio en l’occurrence. Et cela peut se comprendre. Le taux de pénétration de ce média au cœur de l’écrasante majorité des ménages est de loin supérieur à celui des autres médias comme la tv, le cinéma et la presse écrite. Cette analyse trouve davantage sa pertinence au regard des derniers chiffres fournis par la prestigieuse agence d’étude d’audience GeoPoll. Il en ressort que les pics d’audience ont connus de nets bonds. A la radio et à la TV par exemple, nous étions à des moyennes respectives de 24% et 35% de taux d’audience. Les dernières données nous situent à des pourcentages de 45% et 56%.

La presse écrite, quant à elle, avec un taux de pénétration à la base assez faible, subit de plein fouet les conséquences de la crise. En dehors du top 4 dont la liste d’abonnés reçoit quotidiennement les parutions des journaux, les autres se retrouvent dans l’obligation d’envisager une reconversion pressante au digital. Les plus avisés y sont déjà et proposent à leurs lecteurs les 2 versions : le papier et le digital.

- Advertisement -

Le média qui récolte les lauriers en cette période de crise sanitaire est sans aucun doute le digital. Les agences digitales font de bons chiffres d’affaire et les annonceurs dépensent de plus en plus sur ce média. Les contenus digitaux sont produits et actualisés régulièrement. Les annonceurs veulent restés présents dans le quotidien de leur client en cette période. Les exemples du réseau GSM MTN et de la SOBEBRA en sont remarquables.

Malgré cette présence soutenue des annonceurs qu’il est loisible de constater sur les réseaux sociaux, il n’en reste pas moins que de sérieux réaménagements budgétaires se sont imposés à eux. Et on peut bien imaginer les lignes qui ont subi les coupes.

Cette crise sanitaire nous aura appris que les habitudes de consommation média historiquement pensées par les grands auteurs peuvent connaître une évolution en fonction des situations. Le plus important, c’est comment chaque média s’est apprêté à y faire face.

 

Yslain AFFOYON

General Manager

Phoenix PHD Benin

+ 229 97 18 80 73

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite