Communales et municipales 2020: Quel thème de campagne pour les Fcbe ?

1 117

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Au moment où l’Union progressistes, le Bloc républicain, dans une certaine mesure, le Prd et l’Udbn, seront en train de vendre du Talon aux populations durant la campagne médiatique, quel sera le discours des ténors du parti Fcbe ?

Vont-ils développer des arguments contre le régime ? L’opinion, de plus en plus, a fait son idée du genre d’Opposition dont se réclament les Fcbe.  Après tous les événements qui ont fini par la démission du président d’honneur Thomas Boni Yayi, le parti Fcbe n’est plus perçu comme étant de l’Opposition. Du coup, un discours aux allures d’opposants au régime pourrait être perçu dans l’opinion comme du bluff, quelque chose pour appâter les électeurs hostiles au régime de la Rupture. Avec leur présence au dialogue politique, l’obtention, dans des conditions sulfureuses, du récépissé du parti, lequel récépissé n’aurait jamais été vu par le président d’honneur, les responsables actuels des Fcbe ne sont plus en odeur de sainteté au sein de l’Opposition, celle restée fidèle aux idéaux de la Résistance. On ne peut pas, après avoir pactisé avec le pouvoir, venir tenir un langage d’opposants. Le message risque de ne pas faire mouche. L’argument d’opposer la ruse à la ruse pour l’obtention du récépissé ne passe plus.

Vont-ils défendre les réalisations du gouvernement de la Rupture ? Ce serait l’erreur à ne pas commettre, si tant est que leur cible, ce sont les militants Fcbe. La plupart sont restés fidèles à Boni Yayi. Jusqu’au jour où Paul Hounkpè et Compagnies arriveront à démontrer, par les urnes, qu’ils ont leurs militants propres, fidèles à leurs idéaux, ils doivent se tenir de faire campagne sur les acquis du régime au pouvoir. Les masques seraient tombés et les militants y verraient la motivation des actes posés jusqu’à leur participation aux élections. Tout Comme Boni Yayi, les militants se rendraient compte que leur objectif, dès le départ, a toujours été d’aller à la mouvance, faire du parti Fcbe un troisième Bloc du chef de l’Etat, comme l’a d’ailleurs dénoncé le président d’honneur dans sa lettre de démission.

- Advertisement -

Ni opposant, ni mouvancier, la seule option qui reste, c’est peut-être celle centriste. Assumer être opposant tout en reconnaissant les mérites du régime. C’est ce qui se rapproche plus ou moins de leur position actuelle sur l’échiquier politique. Ils seraient quelque peu à l’aise dans ce registre, même si cela peut susciter tout aussi des critiques. Les arguments ne manquent pas. Ils ont claqué la porte de la Résistance parce que, selon eux, elle a opté pour le boycott de toutes les élections à venir si les Législatives non inclusives de 2019 ne sont pas reprises. La participation aux communales et municipales pourraient être alors interprétée comme leur manière à eux de se démarquer de l’aile dure de l’Opposition. Et puisqu’ils ont été à la table de la Rupture, ce ne serait pas bien vu qu’ils viennent maintenant tout peindre en noir. Dénoncer avec virulence les travers du pouvoir comme la confiscation des libertés, la chasse aux opposants, la caporalisation des institutions de contre-pouvoir, etc. mais dans le même temps, reconnaitre l’assainissement des finances publiques, l’asphaltage (trophée que brandit le gouvernement), la réalisation d’infrastructures de toutes sortes,… reste l’option la mieux adaptée au parti Fcbe.

Du 1er au 15 mai, débute la campagne électorale pour le compte des communales et municipales du 17 mai 2020. Elle sera exclusivement médiatique, compte tenu de la pandémie du Coronavirus qui sévit en peu partout dans le monde et donc aussi au Bénin. Les partis politiques en lice vont occuper des tranches d’antennes sur des radios et télévisions pour adresser des messages aux électeurs.

B.H

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite