Décès d’un baobab du handball béninois: Eugène Adjagbénon s’en est allé !

1 255

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le mouvement sportif béninois en général et le handball en particulier est en deuil. Il vient de perdre ce mardi 14 mars 2020 à 4h du matin à Abomey, Eugène Adjagbénon. Le Pape du handball dans le Zou était malade depuis 18 ans d’une attaque cardiaque. Il aurait fêté ses 70 ans le 18 juin 2020 si la mort ne l’avait pas emporté. Le défunt était un grand amoureux du handball qu’il a passé toute sa vie à développer. Il a formé plusieurs générations de handballeurs et de handballeuses qui poursuivent ses œuvres aujourd’hui. Cet enseignant d’Histoire et Géographie qu’on confondait à un enseignant d’Eps était le père spirituel du président de la Fédération béninoise de handball, Antoine Bonou.

 

Témoignage de Georges Amlon,  Reporter sportif, ex DG Ortb

«Tellement de souvenirs affluent ! Un grand frère, mais un petit bonhomme par la stature, avec une extraordinaire personnalité qui oscillait entre les éclats de rire contagieux et les colères homériques… Mais surtout un formidable bâtisseur, qui n’avait pas à la bouche la sacro-sainte excuse : «On n’a pas les moyens… ». A défaut de moyens, son frère et lui avaient des idées et un engagement sans faille qui a construit à Abomey, une forteresse du handball féminin. Au point qu’à une époque, l’équipe nationale féminine de la discipline était inenvisageable sans les filles d’Abomey. Une personnalité qu’on pourrait citer en exemple pour situer à quel point des dirigeants visionnaires peuvent conduire par l’encadrement et l’éducation, des athlètes vers les sommets !»

Fernando HESSOU (Source Ext)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite