Dissimulation des informations sur le coronavirus: L’Oms toujours accusée…

1 040

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Malgré ses multiples contributions à la lutte contre la pandémie de la Covid-19, l’Organisation mondiale de la santé (Oms) fait pourtant l’objet de vives critiques depuis le début “officiel” de la crise sanitaire. L’Organisation se trouve toujours accusée d’avoir dissimulé des informations sur la Covid-19 en Chine.

 

- Advertisement -

Accusée de mal gérer la crise sanitaire aux États-Unis, le président Américain, Donald Trump reproche à l’Organisation de n’avoir pas fait cas, aux premières heures de la crise,  d’informations jugées aujourd’hui cruciales. Le président américain au cours d’un point de presse avait accusé, l’OMS de rétention d’information et de parti pris avec la Chine pour cacher au monde l’importance de la crise sanitaire qui aurait bien plus tôt que janvier, débuté sur son territoire. Le président Trump accusant, l’organisation de ‘’Chine-centrique’’ était allé jusqu’à menacer de lui retirer les subsides américaines nécessaires à son bon fonctionnement. Le président américain n’est visiblement pas le seul à en vouloir à l’Oms. Les autorités de Taiwan avaient été les premières à jeter la pierre à l’Organisation Mondiale de la Santé. “Selon elles, elles auraient, au 31 Décembre 2019, signalé via le Règlement sanitaire international (RSI), un cadre de l’OMS pour l’échange de données sur la prévention et la riposte aux épidémies entre 196 pays, et aux autorités sanitaires chinoises ; que « ses médecins avaient entendu des collègues du continent dire que le personnel médical tombait malade d’un virus qui n’était pas le SARS ». L’organisation n’en aurait pas fait cas. De ce fait selon Taiwan, l’OMS en omettant de communiquer une alerte précoce sur la transmission du coronavirus entre les humains, « avait ralenti la réponse mondiale à la pandémie »”, renseigne un média international.

L’Oms répond aux accusations

En réponse aux accusations, l’Organisation est revenue sur le fait qu’elle avait activement recherché des informations auprès de la Chine, évalué la situation par ses propres moyens et partagé ses conclusions avec le monde. “L’Organisation reconnaissant avoir bien reçu le courriel de Taiwan en Décembre, avait cependant précisé que rien dans le message n’avait fait mention d’une « quelconque transmission d’humain à humain ». Et que se portant en faux avec les accusations des autorités taiwanaises, elle leur aurait demandé des clarifications sur ce point ; sans réponses. Le Chef de l’OMS avait tenu à réaffirmer que l’agence travaillait en étroite collaboration avec chaque nation, tout en exhortant les États-Unis et d’autres à unir leurs forces dans les efforts planétaires contre le virus. « L’objectif de tous les partis (…) est de sauver le peuple. S’il vous plaît, ne politisez pas le virus », avait-t-il déclaré” informent plusieurs médias. Si l’urgence reste la gestion efficace de la pandémie de la Covid-19, nul doute que l’Oms se retrouve dans le viseur de plusieurs nations à la fin de la crise.

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite