Covi-19/Maintien des communales malgré le manque de moyens: Une décision anachronique

747

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Si cette décision de maintenir les élections communales et municipales par le Chef de l’Etat ne doit pas être aussi surprenante, elle contraste quand-même avec les réalités du Bénin d’aujourd’hui, tel décrit par le Chef de l’Etat lui-même. Car, certaines récentes décisions plus que jamais d’actualité et même renforcées par son gouvernement, s’opposent en réalité à l’organisation de toute élection, dans les conditions actuelles. En effet, si les citoyens ne sont plus en mesure par respect à ces décisions de se réunir, de s’attrouper ou encore de se regrouper  au risque de favoriser la propagation du coronavirus, leur demander d’aller s’attrouper devant des bureaux de vote pourrait se révéler incompréhensible. D’autant plus que rien n’est sûr que les candidats à ces élections ne feront pas officieusement campagne et ce en réunissant des populations. Ouvrir donc le boulevard de la tenue de ces élections alors que le pays traverse aussi cette crise sanitaire mondiale peut paraitre suicidaire. Il suffit de se souvenir que la France et les Etats-Unis ont ainsi commis l’erreur de s’engager dans des élections dans les mêmes conditions. Mais malgré toutes précautions qu’ils ont prises pour limiter le risque de propagation du virus lors de ces élections, rien n’a fait. Comme conséquence, ces pays comptent aujourd’hui des dizaines de milliers de morts, liés à la propagation de cette pandémie. Si les dirigeants béninois estiment qu’ils luttent dès lors pour que le pays ne se retrouve guère à ce niveau, il ne sert à rien de se précipiter vers une élection, quels que  soient les objectifs visés. D’un autre côté, le chef de l’Etat a dit que le Bénin n’a pas les moyens de prendre des mesures radicales contre la Covid-19. Comment comprendre qu’on soit en outre contraint de débloquer des moyens dans l’achat de masques, de gel hydroalcoolique, de systèmes de lavage de mains pour plus d’un millions d’électeurs ? Où a-t-on subitement trouvé les moyens ? C’est à croire que quand vint le calendrier politique, le pouvoir trouve les moyens. Rien n’empêche cela. Même pas la crainte d’exposer les citoyens à la pandémie.

 

J.G

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite