Infrastructures sportives au Bénin: Charles de Gaulle et stade Mathieu Kérékou en passe d’être renovés

636

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les stades Charles de Gaulle de Porto-Novo et Mathieu Kérékou de Cotonou sont en passe d’être renovés. Ceci n’est désormais plus qu’une question de temps. C’est à tout de moins ce qu’on peut retenir de l’intervention du Ministre des sports Oswald Homeky sur l’émission «Week-end à tout vent» du samedi dernier sur radio Tokpa. A l’occasion, le patron des sports a rassuré le mouvement sportif quant à l’avancée des travaux. 

 

«Nous avons été tous surpris par les changements d’horaire qui ont été imposés par la Confédération africaine de football (Caf) qui signifie que les matches se déroulent, soit à 13 heure Gmt. Ce qui fait 14 heure au Bénin, ou soit à 16 heure Gmt. Ce qui fait 17 heure à Cotonou, au plus tard. Pour jouer à 16 heure Gmt, il faut absolument donner l’assurance que le terrain est éclairé parce que le match peut durer longtemps et effectivement, on aura besoin des projecteurs. Les Béninois n’ont pas pris l’habitude d’aller au stade à 14 heure. Ils préfèrent y aller à 16 heure et évidemment, nous tous aurions préféré que le match se joue à 17 heure. Pour ça, il faut travailler. C’est pour cette raison qu’ensemble avec le président de la Fbf, nous avons identifié une entreprise béninoise mais qualifiée qui a fait un audit de la situation du stade Charles de Gaulle en ce qui concerne l’éclairage et sur lequel nous sommes en train de travailler. Il faut dire que n’eut été la crise (Covid-19), nous serions plus avancés que ça. Puisque, nous étions déjà en train de travailler pour atteindre les objectifs du mois de mars. Malheureusement, la crise, elle a commencé en Chine et la plupart des fournisseurs se trouvent là-bas. Ce que nous dit le prestataire, c’est que les commandes qui ont été passées, malheureusement, souffriraient de quelques difficultés en raison de la crise internationale. La date du match de la double confrontation a été décalée. Nous allons saisir l’opportunité de ce décalage de calendrier  pour continuer à travailler. Ce qu’il faut retenir, c’est que la décision de rénover  le stade Charles de Gaulle pour la partie éclairage et la partie pelouse, elle est irréversible. C’est déjà acté. Nous allons le faire dans l’intérêt de notre pays. Nous mettrons les quelques semaines à profit en espérant que nous aurions fini. Si c’est le cas, c’est tant mieux. Si non, je prierai les Béninois de venir au match si bien même c’est  à 14 heure, en sachant que c’est un match important. Parce que, en cas de double victoire, le Bénin pourrait être sûr d’être définitivement qualifié pour la Can au Cameroun.

- Advertisement -

 

Quid du stade Mathieu Kérékou…

«Quant au stade Mathieu Kérékou, il faut dire que nous faisons les choses avec beaucoup de sérieux. Le chantier se poursuit. C’est vrai que les effectifs ont été réduits malheureusement à cause de la crise sanitaire. Une partie des travailleurs qui sont de l’entreprise chinoise étaient rentrés en vacances pour la fête du printemps. Malheureusement, la crise s’est déclenchée et tous n’ont pas pu revenir. Mais, ceux qui n’étaient pas partis, et quelques autres compétences qui étaient sur place ont poursuivi le travail. Nous sommes aujourd’hui à une phase très avancée. La date de réception connaîtra certainement un décalage léger mais cela ne saurait excéder quelques semaines. Le chantier se poursuit bien et nous suivons ça de près. Je crois que ce stade, nous allons l’ouvrir. Le match inaugural après la réception sera un match intéressant où nous allons tous nous retrouver. Je souhaite que tout ça soit dans le meilleur des cas, et le plus tôt possible, quand le monde aura fini de vaincre la pandémie du coronavirus».

Egalement des avancées sur la construction des 22 stades…

 

«La construction des stades évolue très bien. Pour les 22 communes qui ont bénéficié de la première phase, le taux moyen est au-delà de 50% dans l’ensemble des communes mais il y a des endroits où on est déjà à 70 voire 75% en sachant que pour les premiers lots, nous visons la date du 1er août comme une date à laquelle nous pourrions faire quelques matches de célébration des 60 ans d’anniversaire de notre indépendance dans certains des stades. A ce niveau, nous maintenons la pression. Le travail se poursuit et les entreprises sont à l’œuvre. Heureusement pour nous, nous n’avons pas assez souffert de la crise sanitaire en termes de présence d’ouvriers mais c’est plus au regard des commandes de charpentes, de matériaux à l’international que nous avons quelques difficultés d’approvisionnement. Mais les pelouses de plus de seize stades sont arrivées déjà au Port autonome de Cotonou. Je crois que les choses vont se poursuivre convenablement (…)».

Transcription : Abdul Fataï SANNI

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite