Entretien avec Chérif Dîne Kakpo des Buffles du Borgou: «Une Can avec sa patrie, c’est le rêve le plus fou…»

416

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Sa première en sélection nationale, sa participation à la Can Egypte 2019 et ses ambitions. C’est le menu de cette interview que nous a accordée Chérif Dîne Kakpo, gardien de but des Buffles du Borgou. Un entretien réalisé en collaboration avec le forum « Les Supras Béninois». Lisez…

 

Comment aviez-vous accueilli votre première en sélection nationale

Je ne m’en revenais pas. L’émotion était grande.  Après ma prière, mes yeux étaient devenus un Océan. J’avais des larmes sur tout mon visage. Une fierté nationale. J’étais un privilégié parmi de talentueux gardiens de but locaux. J’étais avec le grand frère Allagbe et mon frère Abiola Katchon. Je me suis dit qui suis-je pour que notre entraîneur des gardiens Jonas Bidé, notre sélectionneur Michel Dussuyer pensent à moi ? Certes, j’ai beaucoup travaillé. J’ai fait une grande saison avec les Buffles mais là, être convoqué pour un match décisif où après 09 ans de disette le Bénin avait la pression de renouer avec la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), c’était une joie mais dans le même temps, une énorme pression.

Qu’est-ce que ça fait pour un joueur local de participer à une phase finale aux côtés de ses aînés ?

Une phase finale de Can avec sa patrie, c’est le rêve le plus fou, même du plus grand joueur de tous les temps du football africain. C’est un moment unique et je remercie sincèrement notre entraîneur des gardiens à qui je dois beaucoup de respect et le coach principal Michel Dussuyer qui ont cru en moi et m’ont donné cette énorme chance. Je suis un homme chanceux. De Cotonou à Ifrane en passant par les villes de l’Egypte, c’était magique. J’ai vraiment côtoyé le football de haut niveau. J’ai vécu dans un environnement professionnel hors classe. C’est le sommet. Vous avez vu nos débuts à la CAN. Le reste appartient à la belle histoire de notre football.

Quelles sont vos ambitions à long termes ?

- Advertisement -

Je rêve grand. Je rêve de l’Europe.  Je suis un fan du Fc Barcelone et de l’Ajax d’Amsterdam. Mais je laisse mon destin s’occuper du club européen qui va m’accueillir. C’est vrai que ce sera difficile. Mais je suis un guerrier. Je vais travailler davantage et transformer mes lacunes en points forts. Et pour y arriver, je me fais entourer d’un environnement professionnel.

Qui est votre idole ?

Mon Idole à l’international reste André Onana. Il est très bon, balle aux pieds avec des arrêts réflexes. Il est aussi fort dans les relances. Il est décisif. En plus, c’est une fierté africaine actuellement. Je m’identifie à travers lui. C’est mon préféré même si à Parakou le nom de mon grand frère Campos (RIP) m’est collé à la peau.

Comment vous vous entraînez en ces temps de Covid-19 ?

C’est un vent violent qui souffle actuellement sur la planète terre. Je vais aux soins. Après, j’essaie de suivre les instructions du médecin. C’est lui qui me donne des exercices spécifiques à faire. Je profite de l’occasion pour inviter la population à la prière et à respecter les règles prescrites par les autorités du pays. Nous allons gagner ensemble ce match en martyrisant cette terrifiante pandémie.

 

Entretien réalisé par F.S

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite