Le dossier Fnm à la Criet ce jour: Vers une sentence connue d’avance ?

524

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Ce jour, vendredi 03 avril 2020, s’ouvre à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) le dossier Fonds national de microfinance (Fnm) dans lequel l’ancien ministre d’Etat Komi Koutché et trois autres personnes sont poursuivis pour détournement de deniers publics, enrichissement illicite, blanchiment de capitaux, défaut d’agrément dans l’exercice de microfinance et corruption. Quand on voit la conduite du procureur spécial dans ce dossier, la célérité avec laquelle il veut le vider, le moment choisi pour le faire, on se demande si le verdict n’est pas connu d’avance.

 

Qu’il vous souvienne que c’est lors d’une conférence de presse, jeudi 12 mars 2020, que le procureur spécial près de la Criet Gilbert  Ulrich Togbonon a annoncé l’ouverture d’une session criminelle pour le 16 mars 2020, avec comme l’un des points à l’ordre du jour, l’affaire Fnm. Or, à cette date, le dossier Fnm faisant encore objet d’une procédure en cassation, et l’audience était prévue pour le lendemain, c’est-à-dire le 13 mars 2020. Sachant que sans une décision de la chambre criminelle de la Cour suprême défavorable à la requête des avocats de Komi Koutché, la Criet ne pouvait en aucun cas décider de rouvrir le dossier, on se demande comment le procureur pouvait savoir à l’avance la décision de la Cour suprême, puisque déjà le 12 mars, il annonçait la réouverture du dossier. Bien entendu, le 13 mars, la Cour suprême a rejeté le pouvoir en cassation des avocats de Komi Koutché et retourne le dossier à la Criet, exactement comme l’avait prédit le procureur spécial. Question, si le procureur avait déjà prophétisé la décision de la Cour suprême, ne peut-on pas supposer qu’il a peut-être prédit aussi déjà le verdict qui va tomber ce jour dans le dossier Fnm ?

Condamnation par défaut…

- Advertisement -

L’autre chose qui fait aussi penser que le dossier n’a pas été programmé au hasard, c’est le moment choisi pour juger Komi Koutché. Le procureur spécial près la Criet a décidé de l’ouverture d’une session criminelle du 16 mars au 03 avril 2020 avec comme dernier point, l’affaire Koutché. Or, à la date du 16 mars, la pandémie Covid-19 faisait déjà ravage un peu partout dans le monde, même si le Bénin n’avait pas de cas avéré à cette date, il y avait quand même une alerte à propos d’une togolaise qui avait séjourné au Bénin et qui serait diagnostiqué positive au Togo. Le 24 mars où l’avocat de Komi Koutché recevait dans son cabinet une sommation à comparaître pour son client, presque tous les aéroports du monde étaient déjà fermés. Ce n’est pas tout. Fin Août 2018, le gouvernement a pris la décision d’annuler le passeport de Komi Koutché. Malgré l’ordonnance de la Cour  africaine des droits de l’homme et des peuples, en date du 02 décembre 2019, faisant injonction à l’Etat béninois de surseoir à la procédure d’annulation du passeport de Komi Koutché, rien n’y fait à ce jour. Le procureur ne sait-il pas que Komi Koutché vit à l’étranger ? Même si l’ancien ministre des finances décidait de venir à l’audience, comment va-t-il faire sans passeport, en un moment où la plupart des aéroports du monde sont fermés ? Même au Bénin, toute personne qui entre sur le territoire par l’aéroport doit être mis en quarantaine pour au moins 14 jours. Par quel miracle Komi Koutché va-t-il assister à son procès, même s’il en avait la volonté ?

Dès lors on se demande si tout n’est pas fait exprès ? Le moment, toute l’attention est concentrée sur la pandémie du coronavirus. Incapacité évidente pour Komi Koutché de venir se défendre. Résultat, on s’achemine vers une condamnation par défaut de Komi Koutché, à l’instar de Sébastien Ajavon et de Lionel Zinsou, tous des opposants au régime de la Rupture ?

 

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite