Malgré les risques liés au coronavirus: Vers la tenue des communales ?

742

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Alors que le risque de propagation et de contamination liée à la pandémie du coronavirus au Bénin a contraint le gouvernement à prendre des mesures d’hygiène et de sécurité, le processus devant aboutir à l’élection des conseillers communaux et municipaux se poursuit sans crainte. Mais une préoccupation demeure : ces élections auront-elles vraiment lieu à bonne date ?

 

Depuis quelques jours, le Bénin à l’instar des autres pays du monde est confronté à la nouvelle pandémie du coronavirus. Laquelle a fait déjà plus de 39.000 morts dans ces pays et ce, avec des centaines de milliers de cas atteints. Si au niveau du Bénin des mesures et dispositions ont été prises par l’exécutif pour contrer ce mal jusque-là insondable, ce n’est pas pour autant que le risque de contamination ou de propagation n’est pas grand. En témoigne le nombre de cas confirmés et qui ne cesse de progresser puisque de trois, le pays compte officiellement désormais neuf dont un guéri. Pendant que la peur de sortir et l’interdiction de se regrouper sont devenues le vécu quotidien des citoyens, les élections communales et municipales sont imminentes. À quelques 47 jours de ces joutes électorales, le processus y afférent se poursuit avec allégresse, au niveau de la Commission électorale nationale autonome (Cena) et des partis politiques. Ceci, dans des conditions où même certaines mesures d’hygiène et de distanciation sociale préconisées par l’Organisation mondiale de la santé (Oms) et par le gouvernement béninois sont à peine perceptibles à ces niveaux. À cette étape où rien n’est sûr d’être maîtrisé, une question essentielle taraude l’esprit de la plupart des béninois. Ces élections auront-elles lieux ? Même si le gouvernement, seule instance capable de répondre à cette question n’en fait pas pour l’heure une préoccupation personne, vu le silence atour de la question, plusieurs actes, faits et gestes de ce dernier indiquent déjà sa logique. Cela, à commencer par le Chef de l’État Patrice Talon qui dans sa dernière intervention sur cette pandémie a affiché un optimisme en refusant d’aller au-delà des solutions édictées par son gouvernement. Car selon ses explications, ces mesures basiques contre la propagation du virus seraient plus efficaces pour peu que la population soit disciplinée en s’attelant à les respecter. À cette allure, tout ne se réunit-il pas pour un forcing d’où la tenue de ces élections à la date prévue ? Mieux, le Président de la république lors de cette intervention a aussi posé un problème de moyens toujours dans la lutte contre cette pandémie. Si déjà ce problème se pose, pourra-t-il accepter remettre en cause ou retarder tout ce qui a été fait jusqu’ici dans ce processus électoral ? Ce qui est déjà certain, c’est que tant que le risque de propagation de cette maladie n’est pas revenu à zéro, le maintien de ces élections fera à coup sûr polémique.

J.G

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite