Covid-19 : Congés anticipés; Le Clergé avait vu loin

718

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le gouvernement béninois, après la confirmation de nouveaux cas atteints du coronavirus a enfin décidé hier, lundi 23 mars 2020, de programmer des congés anticipés, sur la période du 30 mars au 13 avril 2020. Alors que le Clergé et les écoles catholiques avaient déjà tiré plusieurs fois la sonnette d’alarme en lui demandant d’aller dans ce sens pour prévenir contre tout risque de propagation de ce virus, ce dernier a opposé un refus catégorique à ces demandes. Mieux, l’Association des parents d’élèves en exposant ces mêmes cris de cœur à l’endroit de l’exécutif, n’ont même pas quant à eux, trouvé de répondants. Et pourtant, leurs craintes étaient tout de même légitimes et d’ailleurs partagées par la majorité des béninois. D’autant plus que ces écoles qu’elles soient privées ou publiques n’ont pas pour la plupart, les capacités nécessaires de faire observer les mesures d’hygiène et de sécurité exigées, dans les classes. « Nous traversons une crise inédite. Malgré les dispositions envisagées pour réduire le risque de contamination dans nos écoles et le refus de nos gouvernants, nous vous invitons à observer les dispositions suivantes : pas d’organisation d’évaluation, d’interrogations écrites, et de devoirs etc., à compter du 23 mars jusqu’au départ en congé de Pâques. Ceci pour ne pas pénaliser les apprenants qui seraient retenus à la maison par leur parent. Dans le même ordre d’idées, éviter les sanctions à l’encontre de ces apprenants pour leur absence à l’école », avait même décidé l’église Catholique pour ses collègues, après avoir perdu tout espoir auprès de l’exécutif. Seulement, 24 heures n’ont pas suivi avant que ce même gouvernement ne revoie sa copie, en programmant des congés anticipés. Même si ces congés sont curieusement dans plusieurs jours et ne sont finalement pas survenus comme l’aurait suggéré le Clergé, il est à noter quand-même que les lignes ont bougé. Une chose qui en fin des comptes, donne clairement raison à l’Eglise catholique. Car pour avoir vu loin et pour avoir anticipé sur ses propres écoles, elle vient ainsi d’avoir raison sur l’exécutif qui semble tergiverser, alors que la menace est plus que réelle. Pour peu qu’il soit plus perméable à d’autres suggestions évidentes toujours dans la lutte efficace contre ce virus, qui a déjà fait plus 15 000 victimes dans le monde.

 

J.G

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite