Communales 2020/Irrégularités dans les dossiers de candidatures ?: L’arrangement comme porte de sortie ?

471

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les municipales de mai prochain seront-elles inclusives ? Déjà que la seule participation des Fcbe, dans leur état actuel, ne suffisait pas pour dire que les élections communales sont ouvertes à tous, le risque est grand que des partis soient exclus de la course. Du côté de la Céna, les irrégularités observées font peser sur beaucoup de partis le rejet définitif de leurs dossiers. Il se peut qu’au finish tous les 8 partis en lice ne soient pas retenus pour prendre effectivement part aux élections. Le cas échéant, une fois de plus, il va se poser le problème d’élections non inclusives. Or, on sait que, depuis le début du processus, le gouvernement de la Rupture fait en sorte qu’il ne lui soit plus fait les mêmes reproches que lors des législatives d’avril 2019. En cela, il a multiplié les mesures telles que la distribution gratuite du quitus fiscal à tous les candidats. Mais apparemment, cela ne suffira pas. Certaines irrégularités portant atteinte aux dispositions non négociables contenues dans le code électoral font courir aux partis le risque d’être rejetés. Ce qui, à coup sûr, va déteindre sur le caractère inclusif des communales. Que faire ? Déjà, des voix appellent au secours le chef de l’Etat pour trouver une porte de sortie à ces partis en détresse. Mais Patrice Talon a les mains liées. Il s’agit ici du respect des dispositions du code électoral. Lequel, en son article 41 stipule que tout n’est pas objet de correction. Les partis politiques ne peuvent, en aucun cas, toucher à l’ordre des candidats sur la liste. Comment faire alors si ces candidats sont des mineurs ? Si le gouvernement continue dans sa logique d’élections les plus ouvertes possibles, il va falloir faire des arrangements. Ce qui suppose un tripatouillage de la loi. Mettre de côté cette disposition contraignante pour faire plaisir au plus grand nombre. Ce qui pose l’éternel problème d’un code électoral trop contraignant, trop rigide, même après sa relecture.

 

B.H

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite