Incubateur/Accélérateur de l’Esmer: Une couveuse d’entrepreneurs en énergies renouvelables

1 813

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Si les énergies renouvelables ou encore énergies “propres“ sont sous-exploitées par rapport à leur potentiel, les autorités béninoises sont plus que jamais conscientes de son importance dans la marche vers l’autonomie énergétique. Si des initiatives germent, prennent corps et alimentent désormais plusieurs localités, des compétences avérées, des entrepreneurs qualifiés manquent. Un vide qu’entend combler l’Ecole supérieure des métiers des énergies renouvelables (Esmer), à travers son incubateur/accélérateur…

 Une nouvelle génération d’entrepreneurs qualifiés en énergies renouvelables sera bientôt déployée pour offrir des prestations de qualité aux ménages. L’incubateur/accélérateur de l’Ecole supérieure des métiers des énergies renouvelables (Esmer), crée en 2018, se positionne comme la première structure d’appui  et de soutien destinée aux personnes qui souhaitent créer et  apporter des solutions aux problèmes énergétiques actuels.  Elle se veut un outil de développement durable à travers la valorisation des énergies propres et la promotion des talents africains. Ce mercredi, 18 mars 2020, aux environs de 16h45 minutes, l’Esmer nous ouvre les portes de son incubateur. Erigé juste à côté de l’Ecole, il est composé de laboratoires pour des séances pratiques, de bureaux d’ingénieurs, de salles de cours et surtout d’importantes installations d’énergies solaires. Si l’incubateur semble au calme dans l’après-midi de ce mercredi, 18 mars 2020, Emmanuel G du service de communication de l’Esmer nous informe que des incubés sont sur le terrain et n’ont pas encore rejoint le site, un imposant joyau réalité pour solutionner un problème. Le problème de manque d’entrepreneurs qualifiés en énergies renouvelables. A en croire la directrice de l’Esmer, Nafiatou TIEN EBO, l’incubateur/accélérateur a été mis en place en partenariat avec SMA qui est une structure allemande et l’un des leaders mondiaux en fabrication de convertisseurs solaires photovoltaïques. Quant à la qualité de la formation dispensée ici, la directrice se veut davantage rassurante. “Avec notre équipe composée entre autres d’entrepreneurs, d’ingénieurs, de communicateurs et d’experts en marketing, nous formons et préparons les créateurs de startups à affronter au mieux les défis du monde professionnel“ a-t-elle déclaré. En effet, ce programme spécial d’accélération et d’incubation d’Esmer Academy fournit un accompagnement aux incubés, c’est-à-dire de la formation à l’insertion des incubés. Des travaux au niveau du laboratoire équipé de matériels de haute qualité aux activités sur le terrain, les incubés suivent un programme personnalisé et adapté. Le suivi reste l’un des clés de la réussite en entrepreneuriat. “Notre mission est de soutenir l’innovation et l’entrepreneuriat en matière d’énergie à travers l’excellence et le partage d’expérience. Grâce à notre expertise et avec le soutien de nos partenaires, nous nous positionnons comme l’incubateur de projets de référence dans le domaine technologique et énergétique en Afrique de l’ouest“, rassure la directrice de l’Esmer. Sélectionnée par le Centre pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique de la CEDEAO comme établissement de formation pour le système de certification en 2017, l’Esmer se distingue alors comme une école de référence et bénéficie de la confiance des autorités béninoises pour une meilleure formation des entrepreneurs qualifiés en énergies renouvelables.

Les énergies renouvelables au Bénin : le sursaut

Sous-exploitées et couvrant seulement 20% de la consommation mondiale d’électricité, les énergies renouvelables constituent aujourd’hui des solutions alternatives à la crise énergétique. Et le Bénin semble plus que jamais décidé à recourir à ces énergies inépuisables pour accélérer la marche vers l’autonomie énergétique. A titre illustratif, le projet “Adido smart village“ qui regroupe deux composantes notamment la production de l’énergie électrique à partir des panneaux solaires et la connexion internet. Installée dans ce village de la commune de Bonou dans l’Ouémé grâce à un financement de 200 millions de franc Cfa environ, cette centrale solaire de capacité 30KW dispose d’un réseau basse tension de 2,6kilomètres. A en croire Charles Agueh, responsable du projet, plusieurs usagers sont déjà raccordés au réseau et dispose chacun d’un compteur “intelligent“ posé sur des poteaux électriques. Ces derniers n’ont que des décompteurs alors dans leur domicile et peuvent recharger leurs comptes sur le site de la centrale solaire. Equipée des régulateurs et convertisseurs, la centrale solaire de Adido reste une merveille à découvrir. C’est donc une évidence aujourd’hui que l’énergie photovoltaïque peut sortir des milliers de ménages de l’obscurité. Possédant un potentiel énergétique solaire qui peut être valorisée, le Bénin peut donc juguler sa crise énergétique avec les énergies renouvelables. Considéré également comme une mine d’opportunités pour l’entrepreneuriat des jeunes, le secteur des énergies renouvelables sera bientôt dotés d’entrepreneurs qualifiés grâce à l’incubateur/accélérateur de l’Esmer. On peut donc se réjouir du renforcement des actions vers la professionnalisation. Surnommées “énergies propres” ou “énergies vertes”, leur exploitation engendre très peu de déchets et d’émissions polluantes. En conséquence en utilisant les énergies renouvelables, on lutte contre l’effet de serre, en réduisant notamment les rejets de gaz carbonique dans l’atmosphère.

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite