Réchauffement de la planète: Changements climatiques et inégalités de développement humain

252

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le changement climatique met en lumière et accroît les inégalités surtout depuis que le Giec (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) semble lui reconnaître la responsabilité de l’occurrence de phénomènes extrêmes, générateurs de grandes catastrophes. Or, 98 % des victimes des catastrophes naturelles habitent les pays les plus pauvres, définissant ainsi des inégalités sociales autant qu’écologiques. La pauvreté est un facteur de vulnérabilité supplémentaire. Les victimes subissent une double peine car non seulement elles n’ont pas les moyens de s’adapter aux catastrophes climatiques mais elles subissent les dégradations de l’équilibre planétaire induites par une forte consommation des pays riches. Mais les formes de lutte contre le changement climatique peuvent aussi générer des inégalités que ce soit par l’adaptation voire même par la mitigation.

Rigobert D., habillé en jaune, tenue exigée pour les conducteurs de taxi-moto, fait depuis 6 heures qu’il s’est lancé dans les rue de Cotonou, des navettes à la recherche de clients. Originaire du Centre-Bénin, Rigobert est un agriculteur qui s’adonne désormais à la conduite de taxi-moto communément appelé Zémidjan : « Je suis obligé de migrer vers Cotonou pour m’en sortir. Les terres sont appauvries et les rendements agricoles très faibles. La rareté ou parfois l’abondance de pluies ne facilite pas non plus la pratique agricole. Je suis obligé de me lancer dans cette activité », confiera-t-il.  A l’en croire, la modification des régimes de précipitations augmente la probabilité de mauvaises récoltes et la baisse de la production. Contrairement à Rigobert qui n’a pu se trouver un abri et qui est obligé de passer la nuit sur sa moto, J. K. originaire de l’une des communes lacustres du Sud-Bénin, autrefois pêcheur et reconverti à la vente de l’essence de contrebande a pu se trouver un abri auprès de son oncle à Abomey-Calavi : « Je pratiquais la pêche et l’agriculture dans mon village, mais les inondations précoces de l’année dernière ont emporté toute la moisson, et de l’autre côté, les poissons se raréfient dans les cours d’eau », s’est-il lamenté. Autant que Rigobert et J. K., nombreuses sont ces personnes qui subissent les affres du changement climatique. Le climat et son évolution actuelle, en incitant les populations à s’adapter, renforce les inégalités aussi bien à l’échelle planétaire qu’au niveau local. En effet, l’adaptation aux changements du temps encourage une artificialisation de plus en plus grande des conditions de vie, permettant ainsi de s’affranchir des aléas climatiques. Or, l’accès aux nouvelles technologies, souvent consommatrices d’énergie, est réservé à un petit nombre qui, pour maintenir leur confort, augmente les émissions de gaz à effet de serre et contribue à accentuer la dégradation du climat.

Comment climat et inégalités mondiales sont-ils liés ?

Selon les études, changement climatique et inégalités sont doublement liés. D’une façon générale, tant au niveau des pays qu’à celui des individus, les moins riches sont les plus vulnérables au changement climatique, tandis que les plus riches sont responsables de la majorité des émissions de Gaz à effets de serre (Ges). Il y a donc une sorte de « double peine » : ceux qui subissent – et subiront – le plus les impacts du changement climatique sont ceux qui contribuent le moins au problème. Même si les effets du changement climatique (vagues de chaleur, sécheresses, montée du niveau de la mer…) touchent également les pays riches. Les pays dits « riches », ou « développés », sont responsables de près de 70 % de l’accumulation de Ges depuis la révolution industrielle. Les ménages les plus pauvres sont en général les plus exposés et les plus vulnérables aux impacts du changement climatique. Le niveau de richesse d’un individu n’est pas le seul déterminant de ses émissions de carbone. Mais il reste le premier devant tous les autres déterminants que sont sa localisation urbaine/rurale, son âge, etc. Ainsi, aujourd’hui, à l’échelle mondiale, les 10 % les plus riches sont responsables d’environ 50 % des émissions de GES tandis que les 50 % les plus pauvres ne représentent que 10 % des émissions. De plus, les capacités d’adaptation des pays moins développés sont moindres et le changement climatique vient aggraver tensions et difficultés préexistantes. La répartition des dommages relie ainsi fortement le changement climatique aux questions d’inégalités, très prégnantes aujourd’hui.

Changements climatiques et inégalités de développement humain

Le Rapport sur le développement humain (Rdh) 2019 stipule que les inégalités et la crise climatique sont intimement liées, qu’il s’agisse des émissions, des effets, des politiques ou de la résilience. Les pays à développement humain élevé émettent généralement plus de carbone par personne et leur empreinte écologique est plus large dans l’ensemble. Selon le rapport, les changements climatiques nuiront au développement humain d’une multitude de façons, outre les mauvaises récoltes et les catastrophes naturelles. On prévoit qu’ils causeront 250 000 morts de plus par an des suites de la malnutrition, du paludisme, de la diarrhée et du stress thermique, entre 2030 et 2050. Des centaines de millions d’autres personnes pourraient être exposées à une chaleur mortelle d’ici à 2050, et, selon toute probabilité, la répartition géographique des vecteurs de maladies (par exemple, les moustiques porteurs du paludisme ou de la dengue) évoluera et s’élargira.

L’impact global sur les populations dépendra de leur exposition et de leur vulnérabilité. Ces deux facteurs sont étroitement liés aux inégalités dans un cercle vicieux. Les changements climatiques frapperont tout d’abord les tropiques, et un grand nombre de pays en développement sont des pays tropicaux. Pourtant, les pays en développement et les communautés pauvres sont moins à même de s’adapter aux changements climatiques et aux phénomènes météorologiques violents que les plus riches. C’est ainsi que les changements climatiques aggravent les fractures sociales et économiques existantes. Des effets se font également ressentir dans l’autre sens : le rapport fait constater que certaines formes d’inégalité rendent l’action climatique plus difficile. Des inégalités de revenus très prononcées au sein des pays peuvent faire obstacle à la diffusion de nouvelles technologies respectueuses de l’environnement.

Quelles solutions peut-on adopter ?

 Les inégalités de développement humain jouent un rôle fondamental dans la crise climatique d’une autre façon. Elles constituent un frein à l’action efficace parce que les niveaux élevés d’inégalités ont tendance à rendre l’action collective plus difficile, alors qu’elle est indispensable pour limiter les changements climatiques dans l’ensemble des pays et au sein de chacun d’entre eux. Il existe néanmoins des solutions envisageables pour s’attaquer en même temps aux inégalités économiques et à la crise climatique, qui feraient progresser les pays vers un développement humain sans exclusive et durable. Le rapport propose donc la tarification du carbone. Certains des effets redistributifs inévitables de la tarification du carbone peuvent être corrigés en apportant un soutien financier aux populations plus pauvres, les plus durement touchées par la hausse des factures d’énergie. Ces stratégies se sont cependant heurtées à des difficultés dans la pratique, car la distribution d’argent n’est pas la seule variable qui compte, constate le rapport. Il importe également d’envisager un plus large éventail de mesures sociales qui s’attaquent simultanément aux inégalités et au climat, tout en facilitant la réalisation des droits de l’homme. Alors qu’ils affermissent leurs ambitions de développement humain solidaire et durable, les pays et les communautés ne sont pas sans options.

 

Thomas AZANMASSO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite