6ème édition du Festival ‘’Effet graff’’ au Bénin: Les hostilités sont lancées sous de belles couleurs

730

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Des doléances adressées au ministre de la culture)

- Advertisement -

A la faveur d’une conférence de presse, les organisateurs du Festival de graffiti dénommé ‘’Festival Effet graff’’ ont présenté au cabinet du ministre Jean Michel Abimbola, le contenu de leur évènement, mardi 25 février 2020. Ils en ont profité pour adresser leurs doléances lors de la séance d’échange.

Le graffiti est une discipline de la peinture artistique qui regroupe une frange de la jeunesse autour du dessin sur des murs à travers les agglomérations.  En thème technique l’on parle de fresque murale. A cet art est consacrée toute une manifestation : le festival de graffiti, ‘’Effet Graff’’ dont la sixième édition a levé ses rideaux depuis le  21 février dernier et va s’étendre jusqu’au 03 mars 2020. Selon ses organisateurs, ce festival organisé chaque année attend, pour le compte de cette année-ci, la participation d’une trentaine d’artistes venus de plusieurs pays à savoir : le Burkina Faso, le Mali, Sénégal, Togo, la France, la Belgique, la Suisse, pour ne citer que ces nations. A en croire leurs propos, cette édition va se dérouler dans trois villes que sont, Cotonou, Dassa et Parakou. « Il y a des pays que nous avons voulu même inviter compte tenu de leur compétence et de leur capacité à accrocher la grande masse à travers leur réalisation, mais compte tenu de nos maigres moyens nous n’avons pas pu. Parce qu’il y en a parmi eux qui nous demandent de leur assurer leur billet d’avion. Mais nous n’avons pas ces moyens. Sinon nous seront une quarantaine d’artiste sur ce numéro du festival que nous aurions travaillé tout le mur de l’Ocbn qui fait environ 250 mètres de long et qui d’ailleurs est le deuxième plus long mur au monde après Doubaï» mentionne le promoteur, Laurenson Djihouéssi, avant d’ajouter que l’objectif du festival est d’immortaliser des murs et de faire des monuments, notamment ce mur de l’Ocbn. « Le tourisme artistique se développe depuis. Il y a plein de gens qui se déplacent, rien que pour découvrir des fresques murales. En marge donc des  fresques murales qui se réaliseront au cours de ce festival, il y aura des panels qui seront organisés pour faire découvrir à la jeune génération l’histoire du graffiti.

TG 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite