Développement de l’Afrique: Théodore C. Loko place l’homme au cœur de toute réflexion

814

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

« La pastorale de la socialisation de politique : Vision personnaliste de la démocratie et leadership chrétien ». Tel est le thème de la conférence animée à la salle 22 de l’Université de Parakou, le 21 Février 2020, par l’ambassadeur Théodore C. Loko Docteur en Droit, Enseignant chercheur.

 

Cette conférence est organisée par  l’Aumônerie universitaire de l’Archidiocèse de Parakou en collaboration avec l’Université de Parakou. Elle vise à envisager une veille sociale des intérêts de l’Afrique.

Le thème de la conférence est tiré du dernier livre de l’ambassadeur sur le Capital social chrétien et se situe dans le cadre d’une réflexion d’ensemble sur la forme de veille pédagogique, académique et sociale appropriée pour créer les conditions afin de faire de  l’Afrique, l’avenir du monde.

- Advertisement -

Dans son exposé, l’ambassadeur Théodore Loko a fait remarquer que l’Afrique est l’avenir du monde. Et pour ce faire, il faut l’homme, pour opérer les changements qualitatifs pour le développement de  l’Afrique. C’est pourquoi, il a préconisé que toutes les réflexions se mènent sur l’homme. Tout doit se baser sur l’homme, a-t-il insisté. Il a mis un accent particulier sur les paradigmes liés à la conscience collective et à l’intelligence sociale et leur implication sur le plan de responsabilité individuelle et collective et la doctrine sociale de l’église. Il est revenu sur la théorie des conflits pour déclarer que les problèmes entraînent la recherche des solutions. Les paradigmes ne s’entretuent pas ils s’enrichissent. Pour lui, la théorie générale de l’Etat n’est pas complète, elle doit être complétée par la doctrine sociale de l’église, pour pouvoir éveiller les consciences en tenant compte des vérités universelles pour amorcer véritablement le développement de l’Afrique.

Il est à signaler que la conférence du 21 Février 2020 fait suite aux indications de la congrégation pour l’éducation catholique, du conseil Pontifical pour les laïcs et du conseil pontifical pour la culture du 22 mai 1994 sur la présence de l’Eglise dans l’Université et dans la culture universitaire face aux nombreux défis de l’humanité.

Les questions des uns et des autres ont permis à l’ambassadeur de préciser son approche du développement de l’Afrique qui met l’homme au centre de tout.

 

Albérique HOUNDJO (Br Borgou-Alibori)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite