Tour de bande sur le mystère d’un homme: L’avant-première du ” Film “Owo-Lobè’’ a eu lieu

360

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Un événement en 3 activités)

Le Centre culturel chinois de Cotonou a abrité, samedi 15 février 2020, l’avant-première du film, “Owo-Lobè, le mystère d’un homme”, réalisé par Tchayé Okoudjou. Elle a permis au public de prendre part à deux autres activités afférentes, en présence, notamment, d’Abibou Adéola Adam, alias Owo-Lobè, dirigeant de la Fraternité “Ogboni aborigin”.

Une projection, une remise officielle de catalogue et une performance musicale. C’est le programme qui a été exécuté dans la soirée du samedi 15 février 2020 au Théâtre de verdure du Centre culturel chinois de Cotonou, à l’intention d’un public qui a massivement fait le déplacement. D’abord, le long-métrage documentaire intitulé “Owo-Lobè, le mystère d’un homme”, a été projeté en avant-première, en présence, notamment, du Responsable à la Communication du Centre culturel chinois, Dieudonné Fanou, représentant Wei Jun, Directeur du Centre culturel chinois, et d’Abibou Adéola Adam, alias Owo-Lobè, la personnalité qu’il est convenu de désigner comme l’Empereur mondial de l’obédience religieuse dénommée la “Fraternité Ogboni aborigin”, accompagné de son épouse. Pendant une bonne soixantaine de minutes, le jeune réalisateur autodidacte, Tchayé Okoudjou, a fait ressortir, par la voix d’Altidor Gildas Dossou, les tenants et les aboutissants liés à l’existence et au fonctionnement, par des pèlerinages, des séances de délivrance et de prêches, au niveau de la religion indiquée, purement africaine, s’investissant dans la lutte contre la sorcellerie. Les participants ont ainsi découvert le mode opératoire des abeilles qui, visibles dans un compartiment du site de pèlerinage de Savè, travaillent à identifier et à neutraliser les sortilèges, les blocages provoqués, de même que les envoûtements, sans oublier que, dans le documentaire, la parole a été donnée à Owo-Lobè dont la biographie a été déclinée et qui, entre autres, prodigue de précieuses exhortations aux Africains, visant leur prise de conscience des conditions d’ordre culturel à remplir pour contribuer à faire amorcer le développement de leurs pays respectifs. Ensuite, la projection effectuée, il est revenu à Dieudonné Fanou, au nom de Wei Jun, de remercier Owo-Lobè pour sa participation à l’avant-première et de lui remettre officiellement le catalogue édité par le Centre culturel chinois, récapitulant le déroulement du Festival du Nouvel an chinois, dans son édition de l’année en cours. Enfin, le podium fut laissé à un artiste béninois vivant et exerçant au Niger, Prince Oloyé, invité spécialement pour l’avant-première. Il lui a été donné de faire connaître, appuyé par son groupe, le rythme traditionnel dénommé le “Goumbé”, propre à la culture idaasha. Il a fallu alors assister à la réalisation de bons pas de danse, vigoureusement applaudis, par le premier responsable de la “Fraternité Ogboni aborigin”.

TG

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite