Afrique: ICG dénonce les recours à la Constitution pour se maintenir au pouvoir

333

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

À l’occasion du sommet de l’Union africaine, International Crisis Group attire l’attention de l’institution sur plusieurs points chauds du continent. Concernant les élections, 21 pays iront aux urnes cette année en Afrique. Parmi eux, I’ONG s’intéresse particulièrement à la Côte d’Ivoire et à la Guinée.

L’organisation milite pour une plus grande implication de l’Union africaine auprès des présidents Alassane Ouattara et Alpha Condé. Chacun maintient le suspense quant à une candidature à un troisième mandat. Si c’était le cas, l’Ivoirien ferait ainsi une interprétation controversée de la Constitution. De son côté, le Guinéen en passerait par un changement de la loi fondamentale. C’est ici que ICG aimerait une parole forte de l’UA.

Elissa Jobson, directrice du plaidoyer, constate que l’organisation panafricaine a su fixer des règles en matière de coups d’État militaire. « Dans le cas du Zimbabwe, les militaires responsables de la transition ont bien pris garde à ce qu’on ne parle pas de “coup d’État”, en partie à cause de l’aspect négatif que l’UA a réussi à rattacher à ces mots-là. »

D’où le recours à des formes plus subtiles pour se maintenir au pouvoir selon Elissa Jobson. « Et cela peut entraîner des violences. C’est quelque chose sur laquelle on aimerait voir l’Union africaine tenter de fixer une norme comme elle l’a fait contre les coups d’État militaires. »

L’ONG ne prend pas position « pour » ou « contre » la limite du nombre de mandats mais vise ici davantage l’utilisation de l’arme constitutionnelle pour se maintenir au pouvoir.

rfi.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite