Pagefcom II/Plan de travail du premier trimestre de 2020: La planification des activités au cœur d’un atelier

187

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les acteurs impliqués dans la mise en œuvre du Projet d’appui à la gestion des forêts communales (Pagefcom phase II) prennent part depuis ce lundi, 10 février 2020, à un atelier d’évaluation du plan de travail de 2019 et de planification des activités du premier trimestre de l’année 2020. Cet atelier qui se déroule dans les locaux de la Direction générale des eaux, forêts et chasse prendra fin le 13 février prochain…

 

Trois jours durant, les acteurs impliqués dans la mise en œuvre du Projet d’appui à la gestion des forêts communales (Pagefcom phase II) évalueront les activités menées en 2019 et auront à décliner le plan de travail annuel de 2020 notamment le premier trimestre en ses indicateurs, tâches, chronogrammes. Il sera également question de définir les stratégies d’actions et des approches de solution pour la mise en œuvre du plan de travail budgétisé en tenant compte des réalités sur le terrain et des leçons tirées de 2017 à 2019. D’un coût global estimé à 6,9 milliards, le projet mis en œuvre dans 25 communes des départements des Collines, du Zou, de la Donga, de l’Atlantique et du Borgou, vient en réponse aux préoccupations de développement des chaînes de valeur productive de l’environnement, d’écotourisme, d’emplois des jeunes et de résilience aux changements climatiques. Dans son intervention, le coordonnateur du programme, Paul Djogbénou, a fait savoir que le plan stratégique d’intervention du Pagefcom exige un cadre de suivi itératif fondé sur une planification-évaluation dynamique et séquentielle. Une planification-évaluation qui respecte une périodicité annuelle et trimestrielle. Ceci, dans l’optique de faire l’état des lieux et redéfinir de nouvelles priorités pour l’atteinte des objectifs. Il a surtout exhorté les acteurs concernés à ne ménager aucun effort pour rendre digeste l’ensemble des activités à réaliser pour de meilleures performances en 2020. Quant au secrétaire général de la Direction générale des eaux, forêts et chasse, Ulrich Adounvo, il a déploré le fait que les performances restent faibles malgré les efforts consentis constamment. “Cette planification dynamique aura le mérite de décliner au maximum, les unités les plus infirmes devant concourir à la réalisation des tâches afin que leur réalisation contribue à l’amélioration des performances du projet“, a-t-il martelé avant d’inviter les acteurs à internaliser et s’approprier les activités à réaliser afin de maximiser davantage l’impact.

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite