Faune: Les « caïmans sacrés » de Sinendé menacés de disparition

1 166

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les réserves des caïmans sacrés de Sinendé, dans le département du Borgou sont  régulièrement saccagées par des braconniers, occasionnant l’extinction de ces animaux, « dieux de la fertilité » autrefois vénérés dans cette réserve, a constaté l’Agence Bénin Presse.

Ces caïmans sacrés de la commune de Sinendé disparaissent au fil des années, sans que les autorités communales ne prennent leur responsabilité, se désolent les riverains. Leurs prédateurs sont constitués des braconniers, l’ensablement des mares dans un mouvement de désacralisation des lieux sous l’influence des actions de l’homme, après la mort du prêtre de la divinité. L’autel divin de cette réserve animalière connue sous le nom de la « Terre des Bona Koné », pour sa capacité à rendre fertiles les femmes soumises à des rituels, est aujourd’hui transformé en dépotoir sauvage, à l’entrée de la ville de Sinendé.

  1. Koto Kpéra Mama, instituteur à la retraite, dit avoir la nostalgie de cette période où les hommes et des dizaines de caïmans se côtoyaient sans heurts dans cette réserve sacrée de caïmans. « Aujourd’hui, il ne reste plus rien. Après la mort de Simè Koné, le prêtre de la divinité, et les caïmans ont disparu un à un, faute d’un nouveau prêtre », témoigne le sage. Juste quelques caïmans résistent encore aux affres de la nature et aux actions de l’homme dans un espace réduit, non viable, a-t-il ajouté.

Si la ville de Sinendé a totalement perdu tous ses caïmans sacrés, on en trouve cependant dans la commune, dans les villages de Sékèrè et à Yarra. Il s’agit des sites où on dénombre entre 200 à 300 caïmans sacrés, mais qui sont aussi enclins aux menaces, du fait  des actions de l’homme.

Face à la disparition de ces espèces, Ousmane Boukari, un naturaliste, a proposé la construction des digues pour réduire les effets de l’ensablement des mares, la mise en place d’un dispositif pour la sécurisation du cadre de vie de ces caïmans. Le maire de Sinendé, Fousséni Zakari Adamou, a confié que les derniers bastions des caïmans sacrés ont été identifiés par le conseil communal, avec le soutien des partenaires. « Le gouvernement, à travers le volet développement du tourisme de son Plan d’action, a pris en compte ces sites pour leur valorisation » a-t-il indiqué. Toujours dans le but de valoriser ce site, des actions étaient prévues dans le budget exercice 2019, mais les fonds n’avaient pas été affectés, a fait savoir l’autorité communale.

abp.info

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite