Lutte contre la piraterie maritime au Pac: Dix nouvelles mesures pour la protection des navires en escale

506

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Depuis mardi 21 janvier 2020, le Port autonome de Cotonou est entré dans une nouvelle phase de protection des navires en escale, dans ses eaux maritimes. C’est à travers une note circulaire prise par son actuel Directeur général, que dix mesures traduisant cette protection ont été mises en place.

- Advertisement -

Le Pac renforce ses mesures de sécurité en vue de lutter contre toute velléité de piraterie maritime. C’est ce qu’a ainsi décidé l’actuel patron de la structure, en ces moments où des navires subissent des actes de piraterie. Ainsi, à travers cette note circulaire portant ‘’renforcement des mesures de protection des navires en escale au Port de Cotonou contre les actes de piraterie’’, le Pac s’y prépare. A en croire donc la note, elles sont au total dix, ces mesures de protection annoncées. « 1-Tout navire devant séjourner en rade et faire escale au port de Cotonou doit avoir obligatoirement un agent maritime. 2- L’agent maritime doit annoncer l’escale de tout navire 48 heures au moins avant son arrivée en rade. 3- Un navire dont l’agent maritime n’a pas fait au préalable les formalités d’accostage avant son arrivée en rade ne sera pas autorisé à mouiller, sauf cas de force majeure et autorisation expresse du Commandant du Port. 4- Deux (02) heures au moins avant son arrivée à la bouée d’atterrissage, tout navire arrivant en rade de Cotonou doit appeler la tour de contrôle (vigie) de la Capitainerie pour communiquer les renseignements sur son escale notamment le nom.de son agent maritime et le motif de son escale (opérations commerciales, etc.). 5- Dans le cas où le poste d’opération est occupé : 5-1) Le Commandant du Port attribuera un poste d’attente pour tout navire en fonction des disponibilités. Le navire devra accoster à ce poste, sinon il ne sera pas autorisé à mouiller en rade. 5-2) Si un quai d’attente n’est pas disponible, le Sémaphore des Forces Navales (Cotonou Signal Station) va attribuer une position de mouillage au navire et une garde armée va embarquer à bord du navire avant son mouillage. 6- L’embarquement de la garde armée est obligatoire et est sans frais pour tout navire devant séjourner au mouillage en rade de Cotonou. 7- Dans le cas où le Commandant du navire refuse l’embarquement de la garde armée, il ne sera pas autorisé à mouiller ; il donnera ses renseignements à la tour de contrôle et retournera au large en dehors des Eaux Territoriales du Bénin. 8- Ne sont autorisés à mouiller en rade de Cotonou et à embarquer une garde armée des Forces Navales Béninoises, que les navires ayant des opérations à effectuer au Port de Cotonou. 9- Tout navire ayant fini ses opérations commerciales et qui est sorti du port doit faire route sur sa prochaine destination sauf cas de force majeure et autorisation expresse du Commandant du Port. 10-Le paiement de toutes les redevances résultant de l’escale de tout navire est obligatoire conformément aux Règlements d’Exploitation et de Police et aux autres textes du Port Autonome de Cotonou », en a ainsi décidé Albert Joris Thys. Il a invité par l’occasion tous les agents concernés au respect de cette note.

Janvier GBEDO (Coll.)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite