Entretien avec Gilles Gbaguidi, président réélu à la Fébégolf: «Je place ce nouveau mandat sous le signe de la détection à la base»

250

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Réélu à la tête de la Fédération béninoise de golf (Fébégolf), le président Gilles Comlan Gbaguidi, dans une interview qu’il nous a accordée, a levé un coin de voile sur les chantiers qu’il compte aborder au cours de son deuxième mandat. Il place d’ailleurs ce mandat sous le signe de la détection à la base et sollicite l’accompagnement de la famille golfique pour l’atteinte des objectifs à court, moyen et long terme. Lisez-plutôt !!! 

- Advertisement -

Vous avez été plébiscité à la tête de la Fébégolf au cours de la dernière Assemblée générale. Quel sentiment vous anime après cette confiance de vos pairs ?

Déjà, je vous dirai un grand merci pour avoir pris tout votre temps pour venir couvrir cette Assemblée générale élective de la Fédération béninoise de golf (Fébégolf) malgré toutes vos préoccupations. On ne peut que vous remerciez. Merci également pour l’attention que vous portez à notre jeune Fédération. Et c’est avec satisfaction que je reprends les rênes de la Fébégolf, toujours pour faire avancer le «petit bébé» que nous avons poussé sur le plan sportif béninois, il y a de cela quelques années. Les délégués, à l’unisson, ont demandé, même si l’œuvre n’est jamais parfaite, à ce que nous repartions sur de bonnes bases, que nous repartions par rapport à tous ceux que nous avons comme contact au niveau international pour promouvoir, populariser et vulgariser davantage ce sport.

Pour les quatre prochaines années, quels sont les défis à relever ?

C’est la détection à la base. Sans la détection à la base, je vous dirai que nous n’aurons pas de grands champions demain. Et d’ailleurs, pour la petite histoire, quand Monsieur Remi (expert)  est passé en janvier dernier, il nous a dit que nous sommes une jeune nation de golf. Il faut faire de la détection à la base pour pouvoir avoir des champions de demain. Ceci est valable dans tous les sports. Ceci est valable dans toutes les disciplines. Donc, la détection à la base est notre pierre de lance à la Fébégolf. Nous devons aller à la recherche de ces jeunes cachés dans tous les départements du Bénin. Il faut pouvoir leur passer le message pour leur dire qu’il n’y a pas que le football, qu’il n’y pas que le handball, le basket-ball. Qu’il y a d’autres sports dans lesquels ils peuvent grandir et qui peuvent les amener à des niveaux  importants de vie, de promotion,  d’épanouissement, que ça soit sur le plan personnel, intellectuel et social. Quand vous venez au bureau exécutif de la Fédération béninoise de golf, ne pensez pas que vous venez en pantouflard, vous venez vous reposer. Je suis membre de la Fédération et puis c’est bon. Non! Parce que vous éduquerez les jeunes, vous chercherez dans vos quartiers, vous chercherez dans vos  régions. Mais je pense que depuis qu’on a commencé, tout le monde a mis du sien. Et chaque association membre de la Fédération béninoise de golf a un représentant dans le bureau exécutif.

Quel est le challenge à court terme ?

Le challenge à court terme, il faut savoir qu’aujourd’hui, nous sommes sur quelques tournois sous régionaux. Je pense qu’avec un peu de chance, au mois de mars, on pourrait aligner deux jeunes golfeurs sur des tournois au Maghreb. C’est à ça que nous travaillons actuellement. D’abord, qu’ils abordent les nouveaux greens. Qu’ils abordent les greens qui sont différents sur les parcours golfiques sur lesquels ils jouent au Bénin et qui sont des parcours très difficiles. Parce que, le gazon bien taillé et le gazon simple sont différents.

Sous quel signe placez-vous ce nouveau mandat ?

Je place ce nouveau mandat sous le signe de la détection à la base. Le sport à la base pour un avenir meilleur pour le golf béninois. Je pense que c’est la meilleure manière de faire participer tout le monde. C’est la meilleure manière de faire avancer ce sport. Il est clair que les gens disent que le golf est un sport des Bourgeois. Le golf que nous faisons aujourd’hui au Bénin est un golf de détection. Un travail de sous-marin.  Il faut aller chercher les gens. Il faut les outiller. Il faut leur apprendre les premiers pas. Ce n’est pas aisé.

Propos recueillis par : Abdul Fataï SANNI

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite