Bénin /Mouvance présidentielle: Up et Br s’agrippent aux grossistes du ‘‘Kpayo’’

392

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Enfin, 4 ans après, le gouvernement peut s’intéresser au secteur)

Le 3 janvier 2019 lorsque Joseph Midodjiho alias ” Oloye ”, président national de l’Association des vendeurs de l’essence de contrebande du Bénin, officialisait son adhésion au parti Union progressiste (Up) de la majorité présidentielle, à la suite de Paul Keta (février 2018), l’autre baron du secteur, votre journal Matin Libre dans sa parution du 4 janvier 2019 avait titré en manchette, Politique nationale : Vive le mariage ” Kpayo ” – Rupture. Un an plus tard, la lune de miel se poursuit et s’enracine d’ailleurs au sein de la Rupture. En effet, après l’Up, c’est le second parti siamois qui enregistre ses adhérents toujours dans le rang des acteurs de l’essence communément appelée ” kpayo ”. À défaut des gros bonnets qui, eux, sont déjà paisiblement à l’ombre du grand baobab (logo de l’Up), ce sont ” les importateurs, transporteurs et revendeurs de  l’essence ” kpayo ” des départements de l’Atlantique et du Littoral qui ont sauté sur le dos du cheval blanc cabré, symbolisant le Bloc républicain (Br). Au stade de l’Amitié Général Mathieu Kérékou, samedi dernier devant des ministres du gouvernement, des députés et autres personnalités du parti, c’est un certain Henri Assogba qui a porté la voix du groupe. En tant que président du collectif, il dit défier quiconque arrachera les mairies de Cotonou et d’Abomey-Calavi à la Mouvance, principalement au Br, pendant que, eux, vendeurs d’essence sont sur la liste. Les élections communales et municipales, c’est dans quelques 4 mois. Les hostilités étant lancées par le camp soutenant les actions du gouvernement de Patrice Talon, toute adhésion est la bienvenue. Peu importe qu’on soit dans l’illégalité ou l’informel, peu importe aussi qu’on ait déploré la pratique sous le régime défunt, celui de Yayi Boni.

 Des adhésions qui inspirent aussitôt le gouvernement

On dirait qu’il ne manquait que cette déclaration d’adhésion pour que les langues se délient au niveau du gouvernement. En tout cas, depuis 4 ans que l’administration Talon s’est installée, c’est l’une des rares fois que les acteurs de l’essence ” kpayo ” font l’objet d’un regard bienveillant et publiquement. Et c’est le ministre des Transports, Hervé Hêhomey qui a levé un coin de voile sur ce qu’envisage de faire le gouvernement au profit de cette frange de la population, au profit de ces ” citoyens béninois”, selon l’expression de son collègue du Tourisme, Jean Michel Abimbola, membre fondateur du Br. << Votre secteur d’activité emploie un nombre important de Béninois et ne saurait demeurer éternellement dans l’informel. Le gouvernement du président Patrice Talon a entrepris d’organiser votre secteur d’activité pour une véritable amélioration de vos conditions de travail, et ceci passera par le recensement des acteurs et l’utilisation des équipements modernes adaptés aux distributions des produits pétroliers, à l’instar des mini-stations mobiles >>, a confié Hervé Hêhomey. Pour le moment, on n’en est pas encore là. Ce ne sont que des annonces. Mais toujours est-il que le secteur de l’essence de contrebande est un grand grenier électoral et il faut savoir s’y prendre pour bien en jouir. Peut-être que le gouvernement de la Rupture a tiré leçons de la période d’avant les législatives de 2019 où ces vendeurs ont vu leur  marchandise saisie et leurs étalages dégagés des abords des voies principales pour les coins de ruelles.

Worou BORO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite