L’ECO :la nouvelle monnaie de l’UEMOA promulguée le 21 décembre 2019 Ironie du sort ou cadeau d’anniversaire ?

557

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

1-         Brève genèse de l’Eco.

L’Eco est le nom d’un projet de monnaie unique des quinze pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) datant des années 1960. Ce projet est repris pour sa phase de concrétisation par les huit États membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). Toutefois, l’élargissement de ce projet à d’autres zones économiques (la zone monétaire de l’Afrique de l’Ouest comprenant 7 Etats: ZMAO), était en cours de discussion au sein des instances de l’Union africaine afin que ce projet devienne un grand marché unique africain au sein de l’Union monétaire africaine.C’est cette raison que lors du dernier sommet des chefs d’Etat du 29 juin 2019 à Abuja (Nigéria), l’Eco a été adopté comme nom de la monnaie unique de la CEDEAO, et devrait entrer en vigueur en juillet 2020 dans les quinze États de l’espace CEDEAO, ceci juste le temps pour la préparation de la mise en place de cette monnaie.Au cours de cette rencontre, les chefs d’Etat ont opté pour l’Eco une parité flexible. Mais selon le président de la Côte d’Ivoire MrAlassane Ouattara, qui est le président en exercice de l’UEMOA, soutenu par le président sénégalais Mr Macky Sall, l’Eco conservera sa parité fixe avec l’Euro. Ce qui signifie qu’il y auraque changement de nom et absolument pas de rupture avec le système CFA. Ceci n’est pas le point de vue de la plupart des autres chefs d’Etats notamment le Nigéria et le Ghana qui se sont simplement retirés car, ne se reconnaissant pas dans la politique monétaire définie et imposée par le président Ouattara. Or, si ce projet devenait une réalité en juillet 2020 avec la flexibilité de la parité, un grand pas de souveraineté économique serait franchi pour l’UEMOA, pour la CEDEAO et pour toute l’Afrique étant entendu que la souveraineté d’un peuple passe indéniablement par sa souveraineté à définir sa politique monétaire distincte de la politique monétaire de son prédateur qui empêcherait que sa monnaie suive son activité économique. Mais grande a été la surprise générale des africains de constater la promulgation précoce de cette monnaie par le président en exercice de l’UEMOA Mr Ouattara lors de l’anniversaire du président français Mr Macron en visite en Côte d’Ivoire, le 21 décembre 2019jour de son anniversaire !La promulgation de l’Eco, la nouvelle monnaie de l’UEMOA le 21 décembre 2019 est-elle un cadeau d’anniversaire ou simplement l’ironie du sort pour les africains ?

2-         Le choix de la date du 21 décembre pour cette annonce pose problème au plan cosmique et spirituel.

Comme vous le savez dans sa révolution,notre terre tourne autour du soleil en une année pendant 365 jours un quart. Durant cette révolution, elle est toujours oblique et se redresse seulement deux fois au cours d’une année pendant les équinoxes du printemps le 21 mars et d’automne le 22 septembre où la durée du jour est la même que celle de la nuit environ douze heure le jour et douze heure la nuit.Par contre, lors des solstices d’été le 21 juin, la terre présente au soleil sa plus large surface parce qu’elle est plus proche du soleil que les autres jours et la durée du jour est la plus longue que celle de la nuit environ 16h le jour et 8h la nuit. Mais le 21 décembre, la terre est à sonextrême inclinaison et ne peut bénéficier de l’éclairage des rayons solaires que pour une durée très réduite c’est-à-dire qu’au solstice d’hiver le 21 décembre, la durée du jour est la plus courte de l’année environ 8h et la durée de la nuit est la plus longue environ 16h. Au plan spirituel, c’est le jour où la lumière n’a plus toutes ses forces vitales et potentialités pour vaincre les ténèbres, et qu’il est exceptionnellement permis aux ténèbres par la nature de disposer de ce jour pour s’exalter.Outre ce phénomène cosmique, au lendemain de ce jour, notre terre s’arrête de s’incliner dans sa révolution parce que si elle continuait sa révolution, le soleil passerait au-dessus de l’équateur et le pôle sud comme c’est de la glace s’effondrait et la vie serait menacée sur la terre, c’est pourquoi l’intelligence cosmique a tout régulé et la constellation de la croix du sud fait s’arrêter la terre les22, 23 et 24 décembrequi reprend sa course dans le sens inverse le 25 décembre !Vous constatez avec moi que si ce qui se déroule au plan cosmique impacte directement toutes les créatures terrestres et les astres, il est sans ambages que toute décision de grande envergure ou annonce primordiale faite le 21 décembre ne saurait bénéficier de l’accompagnement cosmique nécessaire pour son aboutissement tout simplement parce que ce jour est destiné pour les projets de court terme et de moindre envergure dont on désire s’en débarrasser ou immobiliser dans leur matrice, surtout que les trois jours suivants le 21, la terre s’arrête dans sa course, donc toute promulgation du 21 décembre est malvenue, c’est un projet mort-né pour ne pas être un prophète de mauvais augure. Mais ici il ne s’agit pas d’une prophétie, il s’agit d’une science naturelle cosmique dont un plus un font deux dans l’ensemble des nombres naturels. Pis encore, quatre jours seulement séparent le 21 décembre 2019 de la lune noire du 25 décembre, étant entendu que la lune noire est pour un peuple ce qu’il n’est pas en mesure de maitriser, mais de subir, l’objectif ou le but qu’il ne pourra atteindre ! Est-ce une ironie du sort pour l’Afrique ou une mauvaise foi des africains ? On peut se tromper de bonne foi étant ignorant de la science cosmique et prendre une décision à ses dépens quand on échoue dans le casting de ses conseillers. Mais on peut également de mauvaise foi conduire son peuple à l’abattoir tout en lui justifiant que c’est l’anti chambre de son bonheur. Dans l’un ou l’autre cas, on offense les ancêtres africains et les forces cosmiques parce qu’on est incarné sur terre dans un espace donné pour l’évolution de la divinité qui est en chacun de nous dans cet espace. Quelle amertume pour les mânes des ancêtres du panafricanisme qui espèrent à travers leurs filsde voir leurs dures et longues luttes triompher un jour et brusquement au moment des lueurs de la victoire,ils s’aperçoivent que la récolte n’a donné que des graines sans germe ?Le CFA n’a changé que de nom et continuera sa fonction d’asservissement des économies africaines par l’ECO de par sa parité fixe, la nouvelle monnaie stabilisée sur la monnaie du colonisateur qui garantit cet arrimage! Oh quelle Afrique ! Quel est ce continent dans lequel le bien entamé s’essouffle d’ardeur et se paralyse désespérément au beau milieu du chemin tandis que le mal combattu arrive résolument à terme contre tout obstacle ? Quel continent ! Il y a un mystère dans ce continent-Afrique qu’il faut dés occulter, il y a un esprit maléfique qu’il faut conjurer, mais l’exorciser en chaque africain afin qu’il soit plus utile à l’Afrique qu’aux puissances étrangères !

3-         L’Eco, l’institution d’un nouveau pacte colonial pour la reconquête de l’Afrique

Le Président français Macron après sa victoire par les nouveaux termes d’institution de l’Eco pour la reconquête économique de l’Afrique et son objectif d’étouffer silencieusement les mouvements de protestation contre le système pervers dufranc FCA affiche son innocence à la face du monde que la France n’est pour rien de ce qui arrive aux africains qui au demeurant sont les seuls responsables de leur destin en ces termes : « Le président Ouattara et les chefs d’état de l’UEMOA ont fait le choix de préserver ce qui fait la force et la stabilité macroéconomique de l’UEMOA à savoir : la parité fixe de la monnaie commune avec l’Euro d’une part ; et la garantie de la France d’autre part. C’est leur choix ! C’est leur demande explicitement énoncée par le président Ouattara. La France le soutient, nous l’acceptons et nous serons au rendez-vous. »Cette déclaration ressemble aux justifications de l’esclavage ou de la traite des noirs par les colons qui dégagent leur responsabilité après les crimes perpétrés contre les noirs en estimant que ce sont les africains qui ont vendu leurs compatriotes et que les esclavagistes n’ont été que des acheteurs qui avaient besoin de la main d’œuvre et de plus que l’esclavage a aussi des points positifs pour l’Afrique. Comment les dirigeants africains peuvent- ils accepter sans aucune contrainte qu’il leur soit ôté la souveraineté de leur monnaie en demandant à la France de la garantir par l’arrimage sur l’Euro ? Ces déclarations sont-elles de bonne foi? « Aujourd’hui la France ajuste donc son positionnement pour devenir le garant financier de l’union conformément au choix fait par les Etats…. Nous revisitons ainsi des accords vieux de 46 ans et cette garantie que nous allons apporter nous le faisons à votre demande, mais ses changements profonds, nous le feront ensemble » Le président Macron ne peut donc pas cacher sa joie et le succès qu’il a réussi à avoir plutôt que prévu car, avec l’Eco à parité fixe arrimée sur l’Euro, les pays africains restent dans la servitude volontaire avec une monnaie toujours au service du colonisateur en renouvelant le nouveau pacte colonial monétaire. Le président français hâte donc les acteset veut les voir se concrétiser si vite.« Enfin avec le président Ouattara et l’ensemble des états de l’UEMOA, nous avons tenu à ce que ces évolutions soient rapidement transcrites dans les textes, c’est le sens de l’accord qui va être signé dans quelques instants par le ministre des finances du Bénin Mr Wadagni, Président en exercice du Conseil des Ministres de l’UEMOA, qui vient remplacer l’accord existant depuis plus de 46 ans et qui sera signé avec notre Ministre de l’Economie et des Finances. C’est donc bien, une étape historique qui est franchie ici » Extrait du discours du Président Emmanuel Macron en Côte d’ivoire le 21 décembre 2019.

4-         La souveraineté d’une monnaie réside dans sa flexibilité

La souveraineté d’une monnaie ne réside pas dans sa dénomination ni dans sa parité fixe par rapport à une autre monnaie de prédation, mais dans sa flexibilité qui lui permet de réguler son économique.

La flexibilité de l’ECO permettra aux dirigeants africains de détenir la souveraineté de leur politique monétaire à travers le jeu des fluctuations monétaires. Les Etats africains peuvent baisser le cours de l’ECO par exemple par rapport à l’Euro rendant l’Euro très cher pour protéger leurs économies au lieu de 656 Eco pour 01Euro, ils peuvent décider qu’il faut 1500 Eco pour 01 Euro. Dans ce cas, l’Euro sera très cher par rapport à l’Eco.Conséquence directe: les africains compte tenu de la cherté de l’Euro perdront leur pouvoir d’achat en s’intéressant aux produits occidentaux, et de coup vont s’obliger à produire et consommer les produits locaux compte tenu de leur pouvoir d’achat et comme cette monnaie est communautaire l’économie des pays membres de l’UEMOA sera propulsée, puis celle de la CEDEAO ou celle de l’Union Africaine sera booster à travers les échanges commerciaux dans l’espace Eco. Les Etats africains investiront dans la formation de leurs ingénieurs qui produiront des industries adaptées à la transformation de leurs produits. Le prix des matières premières à l’exportation sera fixé par les Etats de la communauté africaine de l’Eco et bien que le marché africain serait ouvert à tous les autres continents, sa pénétration sera régulée par le flexibilité de cette monnaie Eco. Et dès que la communauté jugera de la hausse du cours, elle en décidera, ainsi la communauté de l’Eco aura la pleine souveraineté sur cette monnaie.

Mais si la parité demeure fixe et arrimée sur l’Euro, l’Afrique est donc cette privée de sa souveraineté monétaire qu’elle concède à la France qui est le garant financier de cette monnaie comme l’affirme le président Macron.

5-         Que chacun fasse bien ce pourquoi il a été envoyé sur terre.

Avec l’Eco, on assiste uniquement à un changement de nom du F CFA avec un nouvel pacte colonial monétaire. Mais il ne s’agira pas de pleurnicher et de critiquer sans cesse nos dirigeants dont la tâche n’est pas si facile. Au demeurant, confère notre ouvrage : ‘’Chaque peuple mérite sa nation et ses dirigeants, chaque enfant mérite sa famille et ses parents’’.Les dirigeants ont besoin du soutien de leur peuple et si leur peuple ne veut pas d’une décision préjudiciable à leurs intérêts, les dirigeants ont beau signer des accords, si le peuple ne veut pas, le peuple est le seul à disposer des moyens légaux pour prendre son destin en mains sans violence. Car, tout est un problème de connaissance et de prise de conscience !Parce que chaque peuple a sa puissance dans son niveau de conscience qui est inhérent à son niveau de connaissance. À partir du moment où votre niveau de conscience est bas ou votre niveau de connaissance est médiocre, vous ne pouvez pas être étonné de ce que vous êtes devenu esclave ou marionnette des autres, ou pourquoi vous vous retrouvez dans des difficultés ? Votre niveau de conscience est bas, votre niveau de connaissance est médiocre et ce qui vous arrive est le reflet de votre niveau. Il faut comprendre qu’il y a des lois qui existent et que c’est au-delà d’une certaine vibration que vous pouvez ressentir les énergies de l’univers, en dessous, c’est compliquer pour vous et vos problèmes et difficultés révèlent le niveau de votre connaissance et de votre conscience. La chose la plus importante aujourd’hui, ce n’est pas de se poser la question de savoir qu’est-ce qui empêche la lumière de passer ?  La chose la plus importance, c’est qu’il faut dégager en soi le chemin pour que la lumière passe. C’est ce à quoi s’attèle notre Ecole Universelle de la Spiritualité Appliquée. Que chacun fasse donc bien ce pourquoi il a été envoyé sur terre ! Agréable fin d’année à vous et très bonne fête.

Cotonou, 27 Décembre 2019

Georges Cocou Aristide AZANDE

Président de l’Ecole Universelle et de la Spiritualité Appliquée

institutbeithsalelgd@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite