4ème rencontre de concertation au titre de 2019 : La Bceao et l’Apbef abordent plusieurs sujets du secteur bancaire

1 283

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La Direction nationale de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao) pour le Bénin et les membres de l’Association professionnelle des Banques et établissements financiers (Apbef) du Bénin ont tenu, mercredi 18 décembre 2019 leur 4ème rencontre de concertation au titre de l’année. Plusieurs sujets ont été passés en revue au cours de cette réunion qui a eu pour cadre les locaux de l’Agence principale de la Bceao à Cotonou.

 

La concertation entre l’Institut d’émission et les dirigeants d’établissements de crédit, a permis à l’ensemble des directeurs généraux de prendre connaissance des principales conclusions du rapport de la Commission bancaire de l’Uemoa au titre de l’année 2018 particulièrement en ce qui concerne les activités du secteur bancaire, a confié d’entrée, le Directeur national de la Bceao au Bénin, Alain Michel Komaclo, au cours du point de presse conjoint organisé à l’issue de la séance. « L’exercice est d’autant plus important qu’il permet aux responsables du système bancaire d’apprécier les résultats des activités du secteur ainsi que les exigences prudentielles au terme de la première année de mise en application du nouveau dispositif prudentiel dans l’Uemoa. Ce nouveau dispositif est entré en vigueur le 1er janvier 2018 en même temps que le nouveau plan comptable bancaire », a-t-il souligné par la suite. Parlant des résultats des activités du secteur bancaire au sein de l’Uemoa, Alain Michel Komaclo détaille : « Dans l’ensemble, l’activité bancaire dans l’Union, mesurée par le total du bilan des établissements de crédit, est restée soutenue. Elle a progressé de 6, 8% au cours de l’année 2018, et donc cela montre le dynamisme de ce secteur. Au titre de la qualité du portefeuille des banques, cette qualité du portefeuille des banques au cours de l’exercice, s’est améliorée. Le taux brut de dégradation du portefeuille dans l’Union s’est établi à 12,3% contre 13% en 2017. Le taux net s’est établi à 4, 8% alors qu’il était de 5,4% un an plus tôt. Ces performances ont permis à la place bancaire de l’Union d’afficher une croissance de son résultat net provisoire de 24%. S’agissant en particulier du respect du dispositif prudentiel, il y a lieu de relever que la quasi-totalité des établissements de l’Union sont en règle vis-à-vis  de la norme de représentation du capital social minimum qui est fixé à dix milliards, depuis le 1er juillet 2017. Le ratio de solvabilité du système bancaire de l’Union s’établit à 10, 8% en 2018, très au-dessus du seuil minimal règlementaire fixé à 8, 625% ». Ces performances variant d’un pays de l’Union à un autre, le Directeur national de la Bceao n’a pas manqué d’invoquer le cas du Bénin : « Chez nous au Bénin, les principaux chantiers d’amélioration portent sur le renforcement de la qualité du portefeuille des banques. A cet effet, l’Association professionnelle des banques et établissements financiers a d’ores et déjà entrepris de nombreuses initiatives et actions auprès des établissements de crédits avec le soutien très fort des autorités nationales, aussi bien le ministre de l’Economie et des finances que le ministre de la Justice en vue d’une meilleure maîtrise de l’évolution du taux brut de dégradation du portefeuille, et inscrire ce taux de dégradation dans une phase tendancière baissière ». Outre les conclusions du rapport de la Commission bancaire de l’Uemoa, exercice 2018, il faut préciser que les directeurs généraux d’établissements de crédit ont pris connaissance d’un accord de partenariat, conclu entre le ministère des petites et moyennes entreprises et de la promotion de l’emploi via l’Agence nationale de promotion des PME/PMI (Anpme) et le projet d’appui au développement de l’agrobusiness au Bénin(Pdab), dans le cadre de la mise en œuvre du dispositif de soutien des autorités nationales, en vue de maîtriser l’évolution du taux brut de dégradation du portefeuille. Aussi, ces directeurs généraux d’établissements de crédit ont-ils pris connaissance des principales conclusions des séances du Conseil national du crédit du Bénin, tenues les 24 septembre et 5 décembre 2019 dans les locaux de l’Agence principale de la Bceao à Cotonou. « Ils ont noté avec satisfaction les contributions enrichissantes de cet organe en vue de la levée de certaines contraintes à la réalisation de bonnes performances du système bancaire. Les directeurs généraux ont encouragé les membres du Conseil national de crédit à poursuivre dans cet élan pour une plus grande résilience de la place bancaire béninoise », a fait savoir M. Komaclo. A son tour, le président de l’Apbef, Lazare Noulékou s’est réjoui de la résilience du secteur bancaire béninois malgré la situation. « Au niveau de l’Apbef, nous pouvons rassurer que nous continuons l’assainissement du portefeuille, bien sûr avec le soutien et l’assistance du ministère de l’Economie et des finances, du ministère de la Justice, de manière à ce que nous ramenions le taux de dégradation qui était au-delà de 20%, en dessous de 9% au 31 décembre 2019. Et je peux vous rassurer qu’au niveau du secteur bancaire béninois, vous pouvez compter sur la participation des banques au financement de l’économie de manière à booster la croissance que nous voulons au-delà de 6% », a-t-il conclu.

 

JB

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite