Sortie réussie de la Résistance hier : La vraie rentrée politique de l’Opposition

1 022

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Mardi 10 décembre dernier à Cotonou, la Résistance n’a pu accéder à la salle Majestic pour s’entretenir avec ses militants et sympathisants. Malgré que les ténors de l’Opposition aient pu prononcer leur discours devant la salle censée les accueillir, l’événement n’a plus connu la même ferveur. L’impossibilité d’accéder à la salle a été pour l’Opposition, qu’on le veuille ou non, une trouble-fête. Hier à Parakou, la situation était similaire. La Résistance n’a pu accéder aux locaux du Bar club les Titans. Un important dispositif policier les a contraints à rester devant le local pour livrer leur message. Mais contrairement à Cotonou, la rencontre a été un succès. Ceci du fait de la présence massive des populations qui ont bravé le dispositif policier pour aller écouter le message de Guy Mitokpè, Nourénou Atchadé, Eric Houndété, Léon Basile Ahossi, Alassane Tigri, René Bagoudou et autres. Dans son mot introductif, on pouvait entendre un responsable local dire : « C’est nous qui les avons invités parce que Parakou avait soif d’eux ». Cette soif de voix discordantes qui manquent dans le débat politique était visible par le nombre de personnes ayant investi les lieux juste pour écouter le message des leaders de l’Opposition.

 

Parakou choisit son vrai maître

 

Parakou serait-il en train de devenir le chef-lieu de l’Opposition politique au régime de la Rupture ? A voir la mobilisation d’hier, on peut penser que la cité des Kobourou est en train de ravir la vedette à Cotonou. Trois faits militent en faveur de cette hypothèse. Les populations savaient que leur idole Boni Yayi ne sera pas à Parakou. Ensuite, il y a des contre-communiqués pour les inviter à rester chez eux. Enfin, très tôt le matin, un important dispositif policier a encerclé le lieu de la manifestation dans le seul but de dissuader les populations. Tous ces faits auraient pu avoir comme conséquence une faible mobilisation, à l’instar de Cotonou. Mais malgré cela, les populations sont sorties nombreuses et manifestaient leur soutien aux leaders de l’Opposition. En réalité, la vraie rentrée politique de la Résistance au pouvoir de la Rupture, c’était hier à Parakou. La ville est restée fidèle aux idéaux de l’Opposition. C’est un signal fort.

- Advertisement -

Un désaveu pour Hounkpè et Cie

 

Le parti Fcbe dont l’ancien ministre Paul Hounkpè est le secrétaire exécutif national a tenté de faire échouer la rencontre d’hier. Dans un communiqué qui a circulé sur les réseaux sociaux dans la journée du lundi, Paul Hounkpè a traité de tract l’appel à mobilisation des partis engagés dans la Résistance. Le communiqué a même attiré l’attention des autorités municipales de Parakou sur le caractère informel d’une telle rencontre en les invitant à prendre les dispositions idoines. En insistant  sur l’absence du président d’honneur des Fcbe à cette rencontre, le communiqué avait pour objet de faire échouer la rencontre d’hier. Mais, visiblement ça n’a eu aucun impact. La rencontre a plutôt été un succès. Chose qui prouve que les militants Fcbe de Parakou et environs ne se reconnaissent pas dans les actes que posent ceux qui sont devenus par la force des choses les premiers responsables du parti. Ils sont toujours attachés à Boni Yayi.

 

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite