Fédération béninoise de lutte: Des journalistes au contact des terminologies et notions de base

221

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La Fédération béninoise de lutte (Fébélutte) a initié une formation sur les terminologies et notions de base, de la lutte. Ladite formation a eu lieu, lundi 16 décembre 2019 à la salle de conférence de Ado Fm/Tv à Cotonou et a pour cible, les journalistes et reporters sportifs.

Sous la houlette de Didier Sauvaire et Christian Danga, respectivement président et expert de l’Union Francophone des Fédérations de Luttes (Uffl), la formation a réuni les journalistes sportifs béninois qui étaient à l’école du sport des B-A-BA de la lutte. Ces derniers ont approfondi leurs connaissances en ce qui concerne les notions de base et quelques terminologies propres à cette discipline sportive. Occasion pour ces hommes des médias de passer en revue les types et catégories de lutte qui existent mais aussi de bénéficier des explications du président Didier Sauvaire et de l’expert Christian Danga sur le déroulé des compétitions de lutte et leurs spécificités. Pour le président de l’Uffl, l’initiative de la Fébélutte montre toute sa maturité d’avoir un plan stratégique des indicateurs et des objectifs précis mais aussi d’aller directement sur la formation des éducateurs au niveau scolaire (dans les collèges, lycées et universités) et dans les médias. Pour lui, ce sont deux axes qui permettront le développement de la pratique. «Cette activité était inscrite dans notre programme 2019 et on va continuer en 2020. C’est déjà pris en compte désormais et chaque année, nous allons le faire parce qu’il est important d’avoir des journalistes sportifs capables de commenter les combats et compétitions de lutte», dira Nestor Adisso, trésorier général de la Fébélutte. A l’en croire, cette formation est utile pour la Fébélutte d’autant plus qu’elle ne peut pas aller vers les sponsors sans les médias. «Ça nous a permis de comprendre ce qui se passe sur l’aire de jeu de la lutte. Nous avons eu la possibilité de connaître le nombre de juges qui officient lors d’un combat et nous avons pu voir des vidéos. Cette formation a rehaussé notre niveau par rapport à quelque chose qu’on a l’habitude de voir», a confié Christian Hounnougbé, représentant les journalistes sportifs.

A.F.S.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite