Transformation de la tomate et qualité sanitaire du poisson : 2A2BJ promeut des bonnes pratiques

387

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’Amicale des anciens bénéficiaires des bourses japonaises (2A2BJ), soucieuse du bien-être des béninois, a organisé vendredi, 06 décembre 2019 dans les locaux de l’Eni-Allada, un important atelier de formation sur la transformation de la tomate et la maîtrise de la qualité sanitaire du poisson. Ladite formation organisée avec l’appui de l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica-Bénin) a permis aux participants de s’approprier les bonnes pratiques pour une alimentation saine.

 

Partie intégrante du plan de travail annuel de l’Amicale des anciens bénéficiaires des bourses japonaises, la formation sur la transformation/conservation de la tomate et la maîtrise de qualité sanitaire du poisson a été appréciée et perçue comme une opportunité pour les producteurs d’améliorer leurs connaissances à travers de bonnes pratiques en vue d’offrir aux consommateurs, un aliment sain. En effet, si les productions halieutiques et maraîchères ainsi que leur transformation restent une préoccupation inscrite dans le Plan stratégique de relance du secteur agricole et le Pag 2016-2021, la gestion de la surproduction et des pertes post-récoltes ainsi que l’amélioration du traitement des ressources halieutiques restent des défis à relever. Et l’Amicale 2A2BJ entend bien apporter sa pierre à l’édifice à travers la promotion des bonnes pratiques. Dans sa communication, Gnaho Louis, docteur vétérinaire et Conseiller de l’Amicale, a exposé les différentes étapes de transformation de la tomate en pulpe, pellée, purée et tomate séchée. Ainsi du triage au stockage sans oublier le lavage, le préchauffage, la stérilisation, l’échaudage, l’extraction de la pulpe, l’épluchage, le trempage, l’égrenage, le tranchage, l’ensachage, les participants ont été édifiés. Inspectrice sanitaire des produits de pêche à la retraite, spécialiste en environnement santé et développement durable et trésorière générale de l’Amicale, Alapini Gisèle épouse Kakpo a entretenu l’assistance sur les bonnes pratiques en hygiène et celles de fabrication ou de fumage susceptibles de garantir une meilleure qualité sanitaire du poisson. Les participants ont été alors outillés sur les réalités liées à l’altération du poisson, le mécanisme et les conséquences de l’altération ainsi que les méthodes de conservation, le procédé de fumage et les conséquences qui en découlent. A en croire madame Alapini Gisèle, consultante indépendante en technologie des produits de pêche, le poisson représente plus de 30 à 40% des protéines d’origine animale étant constitué de protéine de haute valeur biologique et des acides aminés essentiels. Elément clé dans la lutte contre la malnutrition, la qualité sanitaire du poisson devra alors préoccuper tout consommateur car il reste une denrée très altérable. Et certains agents pathogènes associés à la consommation du poisson sont nocifs pour la santé. “L’altération du poisson est due aux facteurs intrinsèques à savoir sa haute teneur en eau, son faible taux de tissus conjonctifs, l’importante concentration en azote, le Ph, les lipides insaturés, les facteurs climatiques“, a martelé Alapini Gisèle. L’altération étant généralement chimique, elle est d’origine enzymatique, bactérienne et peut résulter de l’oxydation des lipides insaturés. L’infection et l’intoxication alimentaire ainsi qu’une toxi-infection alimentaire sont autant de conséquences qui en résultent.  Les participants ont eu également droit à la projection d’un film sur le procédé de fumage du four Thiaroye. L’atelier a été marqué également par une séance pratique. Le représentant du président de 2A2BJ, Blaise Dossa, président du comité de contrôle de gestion de l’Amicale a reconnu que la présente formation vient solutionner un problème crucial avant d’évoquer la vision de l’Amicale de partager les connaissances et expériences acquises au-delà des frontières béninoises. Quant à madame Houenassi Eve née Amoule, nutritionniste-diététiste et secrétaire générale de l’Amicale, elle a souligné l’importance des mesures nutritionnelles pour le bien-être de l’homme. Ravi de la pertinence de l’initiative, le représentant du directeur départemental de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche de l’Atlantique, Marius Houanye s’est acquitté d’un devoir de reconnaissance à l’endroit de l’Amicale et de la Jica-Bénin. Notons que la formation s’est déroulée dans un échange interactif.

 

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite