Suspension de la formation des élèves-instituteurs : Les ENI, çà dort depuis…

749

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Cela fait deux années consécutives que les Ecoles normales d’instituteurs ne reçoivent plus d’élèves-instituteurs ou stagiaires. Plus rien ne tourne dans ces unités de formation des enseignants du primaire et de la maternelle. Et pour cause, la décision exigeant le niveau Baccalauréat pour être instituteur. Il n’est désormais plus possible de devenir un instituteur au Bénin sans avoir le Bac. Cette décision prise par le Conseil sectoriel pour le dialogue social (Csds), en sa session ouverte du 14 décembre 2017, vise à relever le niveau des enseignants sortants des Ecoles nationales d’instituteurs (Eni), et par ricochet celui des apprenants. Une décision qui est entrée en vigueur depuis la rentrée académique 2018-2019. Seulement que depuis la date d’entrée en vigueur de la mesure, les Ecoles normales n’ont plus fonctionné jusqu’à ce jour. Plus précisément, aucun élève-instituteur n’a été recruté et la possibilité n’est donnée aux administrations desdites écoles de recevoir ceux qui désirent s’inscrire à titre payant. S’il est clair que les candidats avec le niveau Bepc ne seront plus acceptés, il importe de se demander ce qui bloque depuis deux ans. Dans un contexte où des réformes sont engagées pour garantir un enseignement de qualité, il importe que les Ecoles normales d’instituteurs soient rouvertes dans les meilleurs délais. Faut-il le rappeler également, outre le niveau Bac exigé, la durée de formation de ces élèves-maîtres, passe de deux (02) à trois (O3) ans.

 

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite