Relecture de la PONADEC : Le Rapport de la phase 2 des experts remis au Ministre Alassane SEIDOU

749

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Cap sur la phase 3 du processus)

 Au terme de deux jours d’Atelier de partage et de validation des livrables de la phase 2 du processus de relecture de la Politique Nationale de Décentralisation et de Déconcentration (PONADEC), le ministre en charge de décentralisation aux côtés du Directeur du cabinet du ministre du Plan et des Partenaires techniques et financiers, a officiellement reçu le rapport des travaux clôturant la deuxième phase du processus. Avant cette cérémonie solennelle de réception du point des travaux qui s’est tenue à Golden Tulip Hôtel le jeudi 5 décembre 2019, les cadres et personnes ressources des ministères sectoriels, les préfets, les maires et cadres et agents des mairies, les représentants des Partenaires Techniques et financiers appuyant le processus de décentralisation ont passé en revue et au peigne fin, les onze notes techniques de tous les experts nationaux et internationaux mobilisés pour proposer un nouveau référentiel actualisé et innovant .

 

Le processus de relecture de la PONADEC voulue et mis en route depuis quelques mois suit son cours. Après la phase 1, la deuxième consacrée au diagnostic a fait l’objet d’un atelier de partage et de validation du Rapport général et des notes techniques des différents experts dans les thématiques touchant au processus de la décentralisation. Au cours des deux jours de travaux, l’expert chef de mission, Yahya Kebd, a présenté le rapport consolidé comportant l’analyse diagnostique par champ thématique (macroéconomie, cadre juridique, services publics locaux, financement, fonction publique territoriale, renforcement des capacités, aménagement du territoire, suivi-évaluation, genre, communication) avant de partager avec les participants, un projet de vision pour les dix prochaines années ainsi que les axes stratégiques.

 

Dans son exposé, l’ancien ministre de la décentralisation mauritanien et chef de mission, a indiqué que de façon générale, le processus de décentralisation comporte des acquis indéniables. En dehors d’un cadre juridique bien fourni, d’une planification 2D qui s’institutionnalise, il note un certain consensus des acteurs autour de la PONADEC avec un  FADeC qui s’est imposé comme un mécanisme fiable de financement. Plus encore, il a souligné que le Centre de Formation de l’Administration locale (CeFAL) constitue un acquis important jouant un rôle capital dans le renforcement des capacités des acteurs de la décentralisation. A cela il a ajouté la contribution des commues à près de 10% à l’effort de l’investissement public, avec un impact positif sur le développement des services publics locaux, la citoyenneté locale qui s’affirme de plus en plus. Mais ces acquis et avancées cachent des insuffisances. Au nombre de ces insuffisances, on note le cadre juridique qui nécessité d’être toiletté pour donner plus de clarté, de cohérence et d’adaptation aux réalités du pays, l’ineffectivité de certaines compétences dévolues aux communes, les difficultés de mobilisation des ressources financières endogènes, la lenteur dans l’élaboration et la mise en œuvre des PDCAD et Plans 2D, la non opérationnalité de la FPT et la faiblesse des RH, la faible intégration de la dimension « aménagement du territoire » dans la planification locale, le manque d’opérationnalité du système de suivi-évaluation et une faible communication ne favorisant pas une appropriation de la politique et un engagement des acteurs dans leur ensemble. A la suite de ces grandes lignes, le chef de mission est passé plus précisément sur chaque thématique pour partager avec les participants, les principaux points de faiblesse. Après cette présentation du rapport général et du diagnostic de chaque champ thématique, les participants ont été appelés dans chaque groupe thématique a examiné les notes thématiques des experts et à  faire des recommandations pour leur amélioration.

La phase 2 clôturée avec la remise officielle du rapport au ministre

 

- Advertisement -

A la cérémonie solennelle de restitution des résultats de ces travaux, la Secrétaire générale adjoint du Ministère du Plan, a remis le rapport faisant le point du déroulement des travaux et surtout les recommandations issues des discussions et échanges.

 

Avant la remise officielle, le Secrétaire permanent du CIP/PONADEC, Gildas MAHOUSSI a signifié dans son intervention que le rapport marque une étape cruciale de validation de l’état des lieux de la mise en œuvre de la PONADEC durant la période 2009-2018 ainsi que la nouvelle vision que l’Etat entend donner à la décentralisation au Bénin au cours des 10 prochaines années.

 

 Présent à la cérémonie, l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne près le Bénin en tant que chef de file des PTFs soutenant la décentralisation et la déconcentration, s’est réjoui de la volonté du gouvernement à mettre à jour la politique nationale. Rappelant que la PONADEC concerte toutes les institutions de l’Etat et les ministères, il a indiqué que pour cette raison, elle a besoin d’un soutien politique fort et effectif de haut niveau pour que les ministères sectoriels s’engagent résolument. Félicitant les experts pour le travail abattu et qui doit se poursuivre, il a souligné que les PTFs « espèrent que la nouvelle politique mettra en valeur les acquis et principes fondamentaux de la décentralisation notamment le principe de subsidiarité et la maitrise d’ouvrage communale ».

 

Recevant officiellement le rapport, le Ministre  Alassane SEIDOU a salué les efforts déployés par les différents acteurs mobilisés et remercié les Partenaires Techniques et Financiers  pour leur soutien et leur engagement.  «Ce document stratégique élaboré est une étape cruciale et déterminante pour la suite du processus de relecture de la PONADEC », a précisé le ministre avant d’ajouter que le document relu est attendu pour corriger les insuffisances constatées dans la mise en œuvre de la politique depuis plus d’une décennie d’implémentation.

 

Se félicitant du déroulement de cette phase, le ministre a exhorté les experts  « à maintenir le cap pour la suite en vue d’une PONADEC relue, pratique, réaliste et en cohérence avec les orientations nationales de développement, et le Programme d’action du gouvernement ».

 

Alain TOSSOUNON (Coll.)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite