Formation en cours de mécanique en cyclisme : La Fbc outille 10 mécaniciens de vélo de course

196

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Du 27 novembre au 1er décembre 2019, la Fédération béninoise de cyclisme (Fbc), en collaboration avec la Sobebra a initié à l’endroit de 10 personnes, une formation en cours de mécanique en cyclisme. Durant cinq jours, les participants à ladite formation ont été outillés sur les stratégies pouvant leur permettre de réparer ou de monter un vélo de course professionnel.

 

Elles étaient huit personnes venues des clubs de cyclisme, le mécanicien de la sélection nationale et l’entraîneur principal du Bénin à prendre part à cette formation. Sous la houlette de deux experts américains, Jamie Bissel (expert en mécanique reconnu par l’Uci) et Jonathan Boyer (ancien cycliste ayant 50 ans d’expérience dans le vélo, ndlr) de l’Ong Team Africa Rising, les participants ont travaillé sur plusieurs modules notamment le démontage du vélo, les différents outils de travail, les stratégies pour réparer le vélo, les arrangements des pièces, etc. Pour Romuald Hazoumè, il est important de former les mécaniciens. A l’en croire, l’objectif à moyen et long terme de cette initiative est qu’il y ait au moins dans chaque département, un mécanicien pouvant réparer les vélos qui seront offerts aux clubs. «Nous n’allons pas avoir que 10 ou 12 mécaniciens. Nous voulons avoir plus de mécaniciens. On peut en former autant qu’on veut», ajoute-t-il. «Le mécanicien est incroyablement important», dira Jamie Bissel, l’un des formateurs. Pour lui, c’est capital que les mécaniciens puissent réparer les vélos de compétition. « C’est très important de former les mécaniciens avant de donner les vélos», va-t-il faire savoir avant d’inviter les stagiaires à toujours réactualiser leurs acquis et fouiner pour approfondir leur connaissance. Pour Jaurès Avocègan, le porte-parole des stagiaires, la formation leur permettra d’être performants en matière de mécanique. « C’est une formation de niveau 1 mais ce qu’on a reçu durant ces cinq jours était très important», a-t-il laissé entendre avant de lever un coin de voile sur leur mission. «Notre mission est de mettre en pratique ce que nous avons reçu en allant sur le terrain afin de pouvoir aider les cyclistes en matière de réparation de leurs vélos», a confié Jaurès Avocègan. «On a fini le niveau 1. Pourquoi pas le niveau 2 dans quelques mois », sollicite-t-il d’ores et déjà. Pour sa part, Evariste Tchoupa, Coordonnateur animation, sponsoring et événements (Case) à la Sobebra a souligné que les vélos qui sont offerts par la Sobebra doivent être bien entretenus.

Abdul Fataï SANNI

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite