Edition 2019 de la fête identitaire des fils de Ouidah : Les Hostilités lancées en présence du Ministre Jean Michel Abimbola

274

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Des tableaux de paix annoncent de bons signaux)C’est sous de beaux auspices que les manifestations entrant dans le cadre de la célébration de la fête identitaire Gléwxé-wxé, ont été lancées samedi 30 novembre 2019 à l’ancien Fort Français, actuelle place des fêtes de Ouidah. C’était en présence du Ministre du Tourisme de la culture et des arts, Jean Michel Abimbola et un parterre de personnalités politico-administratives.

Tout donnait le signal que c’était vraiment trois événements qui se célèbrent en un. La fête identitaire elle-même, les trente ans du nouveau baptême de la cathédrale devenue Basilique et le centenaire d’existence de la cathédrale, tout cela constitue une commémoration unique que toute la cité des Kpassè célèbre avec ferveur dans une ambiance vive et attractive depuis samedi. L’ouverture des manifestations officielles est rehaussé aussi bien en tableau et en lumière qu’en son et en image. Une forte délégation d’autorités politiques et administratives a effectué le déplacement de la ville berceau du Vodoun.

Mais l’impressionnant…

Le Spectacle d’ouverture présente plus d’une dizaine de tableaux. Concocté de main de maître par le professeur de danse et maître chorégraphe, Alladé Koffi Adolphe, ce spectacle qui a occupé environ 1h d’horloge, a donné du frisson à tout Ouidah. Une sorte de chorégraphie forgée dans une moule de théâtre entrecoupée par des rythmes qui ne laissent aucune sensibilité indifférente. D’où jaillissaient des tableaux symboliques qui s’expliquent tout seul sur la thématique des désamours d’alors et de l’union tant recherchée par les populations de Ouidah aujourd’hui. Des chansonnettes et mimiques qui disent tout haut ce que personne jusqu’à l’heure-là, ne pouvait même oser chuchoter. Bref, à la fin de ce spectacle thématique qui a complètement fait toucher du doigt de tristes réalités longtemps mijotées dans les entrailles et tirer une belle conclusion, celle de l’unicité des fils et fils de Ouidah, le public, par un standing ovation, a décerné un satisfecit au métronome Alladé Koffi Adolphe.

 

Un signe annonciateur renforcé par les responsables religieux

Les manifestations officielles ont pris fin sur des allocutions comme bon nombre l’auraient déjà imaginé. Mais avant, un symbole fort a marqué d’une pierre blanche cette cérémonie inédite. Le symbole de l’union formé par le Père curé de la Basilique, L’Imam de la mosquée centrale de la ville, le haut dignitaire du Temple des Pythons, et le supérieur de l’église Céleste. Tous ensemble ils ont uni leurs mains et les ont levées très haut. Ce qui vient en rajouter à l’euphorie que Alladé et les siens ont déjà laissée dans ce public qui ne s’est pas contenu jusqu’à la fin.

TG

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite