Mali : 13 soldats français de la force Barkhane tués dans un crash d’hélicoptères

226

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’Élysée a annoncé ce mardi matin que treize soldats français avaient été tués, lundi soir, lors du crash de deux hélicoptères dans la zone des trois frontières dans le nord du pays. Le président français Emmanuel Macron a salué le « courage » des soldats « morts pour la France ».

Alors que la force Barkhane lançait une opération d’opportunité contre des groupes terroristes armés dans la région du Liptako, lundi soir, deux hélicoptères se sont percutés. Il s’agit d’un Cougar transport de troupes et d’un hélicoptère d’attaque Tigre. Il n’y a pas de rescapés. « Six officiers, six sous-officiers, et un caporal-chef, tombés en opération et morts pour la France dans le dur combat contre le terrorisme au Sahel », a indiqué la présidence française dans un communiqué ce mardi matin.
Selon toute vraisemblance, indique l’état-major des armées, un abordage entre ces deux aéronefs évoluant à très basse altitude serait à l’origine de l’accident. Ils participaient à une opération d’appui au sol alors que la nuit était déjà tombée. Engagés au sol depuis quelques jours, les commandos français traquaient un groupe de terroristes, qui évoluaient en pick-up et à motos. Très rapidement, ils ont été renforcés par des hélicoptères et une patrouille de Mirage 2000.
Un hélicoptère Cougar, avec à son bord six commandos de montagne et un chef de mission, a alors été engagé pour coordonner l’ensemble des moyens, tout en étant en mesure d’intervenir pour assurer « l’extraction immédiate » d’un élément au sol. Vers 19h40, pendant la manœuvre destinée à préparer l’engagement de l’ennemi, l’hélicoptère Cougar transport de troupes et le Tigre, hélicoptère de combat, sont entrés en collision, s’écrasant à courte distance l’un de l’autre. Une opération de secours est en cours indique l’état-major français des armée.
Les victimes étaient issues de plusieurs unités de l’armée française actuellement déployées au Mali. Les treize militaires morts au combat sont les deux membres d’équipage du Tigre du 5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau, les cinq membres d’équipage du Cougar appartenaient également au 5e RHC, quatre opérateurs du Groupement commandos montagne du 4e Régiment de chasseurs, un opérateur du 93e Régiment d’artillerie de montagne et un opérateur du 2e Régiment étranger du génie.

Des soldats « morts pour la France »

Le Liptako Gourma, région qui s’étend sur la zone des trois frontières entre le Burkina, le Niger et le Mali, concentre l’essentiel des activités menées ces derniers mois par la force Barkhane. Selon des informations venues du Mali, le lieu de l’accident se trouve à une vingtaine de kilomètres d’Indélimane ou début novembre une cinquantaine de militaires maliens ont été tués dans une attaque attribuée aux jihadistes. Ce sont les positions de l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS) que l’armée française attaquait au moment du crash.
La France paie aujourd’hui un très lourd tribut dans sa lutte contre le terrorisme au Sahel. Depuis 2013, date de l’opération Serval, 41 militaires français ont trouvé la mort dans la région. Il s’agit de l’un des plus lourds bilans humains essuyé par l’armée française depuis l’attentat du Drakkar au Liban en 1983, qui avait fait 58 morts.
Le président français Emmanuel Macron a salué le « courage » des soldats « morts pour la France ». Le Premier ministre Édouard Philippe a évoqué des « héros tombés pour leur pays ». « Cette terrible nouvelle endeuille nos armées, la communauté de défense et la France toute entière », a réagi dans un communiqué la ministre des Armées, Florence Parly, en précisant qu’« une enquête (a été) ouverte afin de déterminer les circonstances exactes de ce drame ».
« Vous avez dit et à juste raison que ces soldats sont morts pour la France. J’ajouterais qu’ils sont morts pour le Mali, qu’ils sont morts pour le Sahel, qu’ils sont morts pour la Liberté, qu’ils sont morts pour l’Homme », écrit le président malien Ibrahim Boubacar Keïta dans un message de condoléances adressé à son homologue français. « Le Mali est aux côtés de la France dans cette épreuve qui endeuille nos deux armées », a dit sur les réseaux sociaux le porte-parole du gouvernement malien et ministre de la Communication, Yaya Sangaré.
Dans un message destiné au président français Emmanuel Macron et posté sur Twitter, le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré « salue (la) mémoire » des soldats disparus et « adresse (ses) sincères condoléances à leurs familles ainsi qu’à l’ensemble du peuple français ».

rfi.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite