Hyperuricémie : Dr Jean-Claude Soglo parle de la goutte

371

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La goutte est une affection caractérisée par l’augmentation chronique du taux d’acide urique dans le sang (hyperuricémie). C’est une maladie de surcharge, qui s’accompagne de la formation dans divers tissus (articulations, structures périarticulaires et reins , voire peau) de petits cristaux. Elle se traduit cliniquement par des manifestations articulaires aiguës, parfois compliquées de lésions destructrices.

La goutte est une pathologie fréquente, affectant au moins 1 % de la population et est en augmentation dans de nombreux pays industrialisés mais également dans des pays émergents comme dans les pays pauvres. Parmi les nombreux facteurs qui peuvent expliquer cette augmentation, les modifications du style de vie et en particulier des habitudes alimentaires sont vraisemblablement les plus importants.

Elle prédomine en fréquence chez l’homme, 4 à 10 fois plus souvent affecté que la femme. Elle constitue la cause la plus fréquente de rhumatisme inflammatoire chez l’homme de plus de 40 ans. Chez la femme, la goutte survient plus tardivement, à partir de la ménopause, les œstrogènes possédant un effet éliminateur de l’acide urique.

On distingue la goutte primitive et les gouttes secondaires :

  • La goutte primitive représente 90 % des cas. L’hyperuricémie est due à l’augmentation de la production des purines ou à la réduction de l’élimination rénale de l’acide urique.
  • Les gouttes secondaires représentent 10 % des cas. Les mécanismes pathogéniques sont similaires (excès de production d’acide urique ou surtout défaut d’élimination urinaire), mais consécutifs à une maladie ou à un traitement à identifier. Elles sont relativement plus fréquentes chez la femme.

La goutte se présente habituellement comme une inflammation aiguë d’une articulation le plus souvent au niveau du gros orteil, beaucoup plus rarement une atteinte de plusieurs articulations. Cette inflammation est de début brutal, volontiers nocturne, rapidement paroxystique  avec une importante difficulté à la marche mais spontanément résolutive et récidivante.

Le diagnostic de la goutte est basé sur l’examen clinique, dans certains cas la biologie à la recherche des signes d’inflammation et d’une hyperuricémie (inconstante). Aussi l’examen du liquide articulaire à la recherche des cristaux peuvent aider au diagnostic.

Son traitement a un triple objectif, à savoir la prise en charge de la crise, la diminution du taux d’acide urique et la prévention des complications.

La prise en charge de la crise se fait par l’administration de colchicine et/ou d’anti-inflammatoires.

Un régime dit apurinique c’est-à-dire pauvre en purine doit être observé par le patient, et un traitement pour diminuer le taux d’acide urique sera prescrit.

 

SOGLO A.Jean Claude Médecin rhumatologue
95327070/96667890

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite