L’alphabétisation des moins de 10 ans : Une nouvelle cible pour le développement, selon la Banque mondiale

110

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Lutte contre  la pauvreté des apprentissages : mobiliser les énergies en faveur de l’alphabétisation

 

La Banque mondiale a mis en œuvre un projet de soutien à l’éducation afin d’améliorer l’accès à des enseignements de qualité et l’environnement d’apprentissage dans une école au Niger. « J’adore mon école puisque c’est là que j’ai appris à lire », nous dit Mariama, âgée de dix ans. C’est l’heure de la récréation dans une école du Malawi. Hélas, il arrive que la récré dure toute la journée parce qu’un enseignant est absent.

Dans une salle de classe en Arménie, les élèves sont notés sur la base de leur aptitude à apprendre par cœur. Le processus d’apprentissage repose principalement sur des manuels, au détriment de l’instruction dispensée par l’enseignant et des méthodes innovantes, ce qui prive les futurs diplômés des compétences indispensables pour trouver leur place dans un monde du travail compétitif. Au Bangladesh, malgré la progression des taux de scolarisation, les filles n’apprennent pas aussi bien que les garçons, et l’abandon scolaire reste important, du fait principalement des mariages précoces et des charges familiales qui incombent aux enfants.

Mesurer la pauvreté des apprentissages

 

Les données révèlent que nous sommes actuellement aux prises avec une  crise mondiale des apprentissages qui met en péril les efforts déployés par les pays pour renforcer leur capital humain – les compétences et le savoir-faire dont nous avons besoin pour nous préparer aux emplois de demain. La réalisation des Objectifs de développement durable (ODD), y compris celui de mettre fin à la pauvreté extrême, est elle aussi remise en cause.

Pour bien mettre en lumière l’ampleur du problème, la Banque mondiale a élaboré le nouveau concept de « pauvreté des apprentissages (a) » en s’appuyant sur une nouvelle base de données constituée avec l’Institut de statistique de l’UNESCO.

Ce nouvel indicateur rend compte de la proportion d’enfants qui sont incapables de lire et comprendre un texte simple à l’âge de dix ans. Il résulte de la combinaison de données sur la scolarisation et sur les acquis scolaires : la pauvreté des apprentissages correspond à la proportion d’enfants qui ne possèdent pas les niveaux de compétences minimales en lecture (selon les évaluations scolaires), corrigée en fonction de la proportion d’enfants qui ne sont pas scolarisés (et dont on suppose qu’ils ne savent pas bien lire).

Selon les nouvelles données disponibles, le taux de pauvreté des apprentissages atteint 53 % dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Or, la lenteur des progrès dans ce domaine compromet la réalisation des ambitions portées par l’ODD 4 – « assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité ». Au rythme de progression actuel, 43 % des enfants ne sauront toujours pas suffisamment lire d’ici 2030. Si, en revanche, les pays parvenaient à progresser au rythme le plus rapide observé depuis le début du siècle, le taux mondial de pauvreté des apprentissages chuterait à 28 %.

Compte tenu de la situation actuelle et de la lenteur des progrès dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, la totalité des cibles associées à l’ODD 4 risquent de ne pas être atteintes – y compris l’augmentation du nombre de jeunes et d’adultes disposant des compétences nécessaires à l’emploi, à l’obtention d’un travail décent et à l’entrepreneuriat.

Une cible d’apprentissage

 

Parce qu’il est indispensable de mobiliser toutes les énergies en vue de réaliser les objectifs éducatifs que s’est fixés la communauté internationale et de juguler la crise des apprentissages, le président de la Banque mondiale David Malpass a annoncé l’adoption d’une nouvelle cible opérationnelle à atteindre à l’horizon 2030 : réduire de moitié au moins le taux mondial de pauvreté des apprentissages. Il s’agit d’un objectif ambitieux, mais réalisable selon les simulations. Il faut pour cela que tous les pays parviennent à améliorer les acquis scolaires à la hauteur des résultats obtenus par les pays les plus performants entre 2000 et 2015, ce qui suppose en moyenne de tripler le rythme de progression mondiale.

Réduire de moitié le taux de pauvreté des apprentissages constitue une cible intermédiaire. Chaque pays devra tracer sa propre voie (et fixer ses cibles intermédiaires) pour le financement et la mise en œuvre des réformes qui feront en sorte que tous ses enfants prennent un bon départ dans la vie. Dans beaucoup de pays, il faudra du temps pour atteindre cet objectif de développement, et un contrat social pour que chacun, quel que soit son origine socioéconomique, sa race ou son sexe, puisse avoir accès à une éducation de qualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite