Radios et télévisions d’expression française : Cotonou le pôle attractif du Séfor

415

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le Séminaire de formation du conseil international des radios et télévisions d’expression française (Séfor) se déroule pour une 3e fois (après 1995 et 2009) à Cotonou, du 11 au 14 Novembre 2019. Les travaux qui durent quatre jours, regroupent les responsables des médias publics ayant le français en partage de 19 pays. C’est le Novotel Hôtel qui accueille les travaux.

Le Séfor est une rencontre majeure des professionnels de l’audiovisuel public du nord et du sud organisée de façon périodique dans l’un des pays membres. Son objectif est d’offrir un cadre de travail, de discussion et de réflexion autour d’un thème d’actualité stratégique pour les organismes membres. Autour du thème : « Comment penser la production et l’information pour les radios et télévisions publiques à l’ère d’Internet ? », les participants à la rencontre de Cotonou se pencheront sur l’actualité liée à l’entrée dans le monde des médias, des smartphones et équipements numériques, autrefois apanages des seuls initiés. Des ateliers de discussions, des ateliers de formation sur les techniques de réalisation, de prise de son et la production de contenus avec smartphone vont meubler les quatre jours de ce séminaire qui a débuté par une conférence inaugurale.

Pour une relance du Cirtef

Le directeur général par intérim de l’Ortb, Erick Jean-Philippe Abraham très heureux d’être l’hôte des échanges, a souhaité que des réflexions pertinentes soient émises surtout en cette période où son office s’est engagé dans le passage à la télévision numérique terrestre. A en croire Pierre Barrot, représentant du secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (Oif), ce séminaire est très déterminant sur l’avenir du Conseil international des radios-télévisions d’expression française (Cirtef) qui totalise près de 25 ans de vie. Il a émis le vœu que les travaux puissent déboucher sur sa redynamisation à travers une nouvelle conception. Pour le président du Cirtef, le thème central des travaux est « en phase avec le contexte actuel des radios et télévisions qui sont impactées par les nouvelles technologies de l’information et de la communication ». La qualité et la diversité des contenus permettront donc aux participants de renforcer leurs capacités en matière de production. Pascal Yemboini Thiombiano nourrit l’espoir que des solutions innovantes en découlent afin de maintenir son organisme en place. Pour sa part, le ministre de la Communication et de la Poste, a fait remarquer que le Cirtef qui représente un précieux outil d’appui technique aux télévisions du Sud est à sauvegarder à tout prix. Le centre de Cotonou est d’ailleurs le tout premier à être implanté en Afrique et a contribué au renforcement des capacités techniques de nombreux acteurs des radios et des télévisions de la sous-région, rappellera-t-il. , Alain Orounla, plaide donc pour le maintien de ce centre dans le cadre des reformes de l’institution qui seront au cœur des assises de Cotonou.

Th. A.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite