5e Journée de Vitalor Ligue 1 : Aspac # Buffles, une rencontre sans saveur !

627

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Plusieurs affiches étaient au programme de la 5e journée du championnat national de football, Vitalor Ligue 1. Notamment, le match qui a opposé l’Aspac aux Buffles du Borgou, ce samedi 09 novembre 2019 sur la pelouse synthétique de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) et qui n’aura connu ni de vainqueur ni de vaincu (0-0). La rencontre était en un mot, sans saveur à la limite ennuyeuse.

 

Considérée comme l’un des matches au sommet de la 5e Journée de Vitalor Ligue 1, la rencontre qui a opposé l’Aspac aux Buffles du Borgou a été d’un goût amer au terme des 90 minutes de jeu plus les quatre minutes du temps additionnel. Et pourtant, c’était une affiche qui s’annonçait sur le papier spectaculaire et plaisant, eu égard aux forces en présence. Aspac, c’est deux fois championne du Bénin (2010 et 2012). Deux participations en compétitions africaines des clubs et même, au moins une fois le premier tour passé. Avant le match, elle était 4e au classement avec 06 points (+02), pour une victoire, trois matches nuls, trois buts marqués et un encaissé. A l’opposé, l’équipe des buffles, c’est cinq titres de champion du Bénin (1980, 1992, 2014, 2017, 2019) et double tenant du titre. Les Buffles du Borgou, deuxièmes de Vitalor Ligue 1 sont également, depuis le début du championnat, invaincus avec deux matches gagnés, deux nuls, quatre buts marqués et deux encaissés. Un tableau statistique pourtant meublé et alléchant. Dès lors, le public sportif béninois qui a pris d’assaut le terrain du Campus, s’attendait à un spectacle hors du commun. Malheureusement, c’est à un jeu de quartier qu’il a assisté. Une photocopie identique aux autres rencontres du championnat. Un match décousu de sens, de cadence, privé de spectacle. En d’autres termes, impossible d’aligner cinq à dix passes de suite. Impossible aux deux équipes de présenter une phase de jeu qui va à sa fin. Des passes à l’adversaire, des combinaisons avec le diable, des frappes sans conviction, des actions dégoûtantes, des dégagements à l’emporte-pièce, etc. Et, c’est le menu que les deux équipes ont préféré offrir au public, dans un après-midi au départ ensoleillé puis par la suite nuageux. C’est à croire que la nature, elle aussi, avait honte du spectacle présenté par les 22 acteurs et voulait manifester son déplaisir. «Par rapport à ce match, mes impressions sont mauvaises. (…) Offensivement, on n’a pas pu inquiéter la défense des Buffles. On a mené des ballons mais on n’a pas su gérer des combinaisons pour frapper. Aucune frappe cadrée et comment vous voulez qu’on marque un but. (…) Il n’y avait pas de contenu. Il faut l’avouer. Offensivement, on n’a pas été là», se désole le coach de l’Aspac, Idrissou Moutari. «Pour gagner un match, il faut tirer au but. Il faut frapper mais surtout cadrer des tirs. Rien de tout cela sur le match», a-t-il fait observer. «On a vu des situations de but mais on n’a pas pu marquer. On a péché devant le but», a fait savoir quant à lui, l’entraîneur des Buffles du Borgou, Dandano Aboubakar. A l’arrivée donc, ce fut une rencontre nulle (0-0), sans saveur, désagréablement sal+ée. Un après-midi à vite effacer des mémoires. Ce match est loin de caractériser le niveau actuel du championnat béninois, au vu des spectacles présentés chaque week-end. Les responsables des clubs doivent prendre leur responsabilité. Cela y va de l’image du championnat béninois, de l’intérêt du  public et par ricochet, de celui des sponsors.

Abdul Fataï SANNI

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite