Vie des partis : Moele-Bénin dans le viseur de l’Up

317

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Pour combien de temps, le parti Moele-Bénin restera encore indépendant au sein de la Mouvance présidentielle? A y voir de près, quelque chose se trame au niveau de l’Union progressiste (Up). Sauf que pour le moment, Jacques Ayadji et ses lieutenants semblent  ne pas vraiment s’en douter.

 

Le week-end dernier, à Abomey, le Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin) tenait son 1er congrès extraordinaire. Occasion, comme il est de coutume, pour les partis alliés de venir dire à la tribune tout le bien qu’ils pensent du parti hôte. C’est en cela que le représentant de l’Union progressiste (Up) Lazare Sèhouéto a prononcé un discours. Certainement sous le charme face à la forte mobilisation des militants du Moele-Bénin, Lazare Sèhouéto a invité le parti à se fondre dans l’Up. « L’Union progressiste et le Moele-Bénin viennent de la même école. Je suis venu vous dire qu’il faut envisager dans les mois et années à venir une fusion », a déclaré Lazare Sèhouéto. Le dire comme cela, peut s’assimiler à une simple opération de charme. Mais quand on tient compte du contexte et du porteur du message, cette invite de l’Up n’est certainement pas anodine.

 

On sait que le chef de l’Etat a toujours voulu que tous les partis qui le soutiennent se regroupent en au plus deux blocs, l’Up et le Br. C’est un secret de Polichinelle que de dire, qu’il a tout fait pour que cela soit ainsi. C’est à son corps défendant que, les partis comme Prd, Udbn, Moele-Bénin et autres ont refusé de se fondre, préférant garder leur identité tout en continuant de se réclamer de la Mouvance présidentielle. Patrice Talon a-t-il digéré le fait ? On constatera que, tout comme les partis politiques de l’Opposition, ces partis ont aussi été écartés des Législatives. De ce lot, Moele-Bénin a le privilège d’être un jeune parti, né au lendemain de l’avènement de la Rupture et dont le président est promu directeur général des infrastructures. Patrice Talon, qui n’a pas renoncé à son idée de regrouper tous ses soutiens en deux Blocs, peut se dire qu’avec Moele-Bénin, la chose est encore possible.

 

Puis, il faut tenir compte du porteur du message. Conseiller politique du chef de l’Etat et membre fondateur de l’Up, Lazare Sèhouéto fait partie de ceux qui pilotent le projet de réforme du système partisan. Très proche aussi bien du chef de l’Etat que du président de l’Up Bruno Amoussou avec qui il partage la sociale démocratie, il occupe une position stratégique. Dès lors, il est difficile de douter que le message adressé à Moele-Bénin le week-end dernier ne vient pas du haut lieu. Vu sous cet angle, il vaudrait mieux pour Jacques Ayadji et les siens de cerner tous les contours d’une telle invite. Au lieu de ne voir que la personne de Lazare Sèhouéto, Moele-Bénin doit disséquer le message dans le contexte actuel. A force de jouer sur les détails pour faire la sourde oreille, les conséquences peuvent être dramatiques pour ce jeune parti. Jacques Ayadji ne doit pas oublier qu’il avait combattu la candidature de Patrice Talon. Et le chef de l’Etat est connu pour avoir une mémoire d’éléphant.

 

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite