Nouréinou Atchadé au sujet de la loi d’amnistie : ‘’Yayi n’est pas le bénéficiaire de la loi d’amnistie comme on veut le faire croire’’

676

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le porte-parole du parti Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) est monté au créneau face aux  allégations qui font croire que l’ancien président de la République du Bénin et président d’honneur du parti Fcbe, Boni Yayi est le plus grand bénéficiaires de la loi d’amnistie prônée par le dialogue politique initié par le chef de l’Etat Patrice Talon. Pour Nouréinou Atchadé, Boni Yayi n’a nullement besoin de cette loi d’amnistie. En témoigne son refus de participer à une discussion voulue par le président Talon à Niamey, capitale nigérienne, en marge du sommet de la Cedeao. En effet, se référant à la Lettre du Contient, Nouréinou Atchadé a fait savoir que Patrice Talon aurait souhaité rencontrer l’ancien président Boni Yayi pour un dialogue, sous la coupole du président en exercice de la Cedeao, président du Niger, Issifou Mahamadou. Mais Boni Yayi aurait décliné l’offre, conditionnant la rencontre par des exigences dont notamment : le retour des exilés, la libération des prisonniers politiques, la reprise des élections législatives. Patrice Talon n’ayant pas voulu céder à ces exigences, la rencontre n’a pas eu lieu, a-t-il signifié : « Le président Yayi Boni n’a aucunement besoin du dialogue pour négocier quoi que ce soit avec le président Talon, s’il le voulait, il l’aurait fait », a déclaré le porte-parole. Et quand le ministre porte-parole du gouvernement été interpellé sur la question, notamment, en ce qui concerne le retour au bercail de l’ancien président, il aurait  affirmé qu’ « aucune charge  ne pèse contre Yayi Boni et qu’il peut aller et venir quand il voudra ». Et lui-même en tant que porte-parole de la Fcbe aurait confirmé sur Rfi le jour du départ de Boni Yayi de Cotonou pour les soins,  que « le président Yayi ne se reproche absolument rien, il va pour les soins et il revient dans son pays quand le médecin lui aurait dit que son état est bon pour revenir ». Boni Yayi n’a donc pas l’intention de se soustraire à la justice si le besoin de son interpellation se fait sentir. Et tout porte à croire selon lui, que les camarades dissidents de la Fcbe ont besoin de justifier leur participation au dialogue convoqué par le Chef, en utilisant la personne de Yayi Boni. Affirmer que Yayi Boni est le bénéficiaire au premier chef de l’amnistie serait donc un faux fuyant. « Ceux qui ont tué dame Amoussou, ceux qui ont tiré à bout portant sur la population dans les collines, et ceux qui ont fait des attroupements non armés et non autorisés, qui a besoin d’amnistie ? Ceux qui autorisé l’armée à tirer sur dame Amoussou et à ramasser les cadavres et ceux qui ont fait des attroupements, qui a besoin de la loi d’amnistie ? s’interroge-il. La loi d’amnistie ne vise donc pour lui, qu’à protéger le président Patrice Talon et les hauts gradés de l’armée qu’il veut protéger : « Yayi n’est pas le bénéficiaire de la loi d’amnistie comme on veut le faire croire », conclura-t-il.

 Th. A .

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite