Boycott du dialogue politique : La Dud de Houdé a eu raison des Fcbe de Hounkpè

454

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le parti Dynamique unitaire développement et la démocratie (Dud), à l’inverse des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), n’a pas répondu présent au dialogue politique des 10, 11 et 12 octobre 2019, organisé au Palais des Congrès de Cotonou. Mais aujourd’hui, l’évolution des faits semble donner raison à Valentin Houdé pour cette attitude que son parti a adoptée, quand on se réfère justement aux regrets des mêmes Fcbe, vis-à-vis de certaines décisions d’après dialogue, dont la révision de la Constitution et ses corollaires.

 

Le dialogue politique organisé par Patrice Talon à l’intention des partis politiques ayant une existence légale, a débouché sur une kyrielle de recommandations. Grâce au comité d’experts formé pour faciliter la mise en œuvre de ces recommandations, les choses sont allées très vites au parlement. Au nom de cette mise en œuvre, les députés ont réussi à réviser sans anicroches, la loi fondamentale du Bénin. Curieusement, l’aile du parti Fcbe fidèle à Paul Hounkpè, bien qu’ayant pris part à ce dialogue, dénonce un marché de dupe, quant à cette révision. Pour leur part, l’idée de révision n’a jamais été retenue au cours de ces échanges du Palais des congrès. Au même titre que les Fcbe, le parti Dud était invité à ce dialogue. Mais ce dernier, pour n’avoir pas vu ses préalables satisfaits, a décidé tout simplement de boycotter ces assises. Valentin Houdé, président du parti et son Bureau politique, ont été soutenus dans cette décision de boycott, par les jeunes militants du parti, qui voyaient déjà venir ce marché de dupe dénoncé aujourd’hui par les Fcbe. Mieux, pour avoir suffisamment fréquenté le système en place, l’ancien Questeur voyait en ce dialogue une caution de l’Opposition pour faire passer au parlement toute sorte de révision, si jamais l’un des partis de cette Opposition y participait. Mais aujourd’hui, tout semble lui donner raison. Au grand dam donc des Fcbe, seul représentant plus ou moins de l’Opposition à ces échanges, la révision de la Constitution qui n’a jamais été évoquée durant ces trois jours de discussion, a été décidée. Tout ceci, sous prétexte de ce dialogue. Pour avoir pris la lourde responsabilité de ne pas y répondre présent, Valentin Houdé et son parti, ont été prévoyants et ne peuvent rien regretter, contrairement à Paul Hounkpè et cie, qui murmurent déjà.

 

Janvier GBEDO (Coll)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite