Révision de la Constitution : Une “initiative de trop”, déplore les Fcbe fidèles à Hounkpè

328

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les membres du parti Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), fidèles à Paul Hounkpè, étaient face à la presse, dans l’après-midi du jeudi 31 octobre 2019, au siège du parti à Cotonou. Occasion pour eux, de repréciser les conditions de leur participation au dialogue politique, tout en dénonçant certaines décisions prises “derrière eux”, par le comité d’experts, dont la révision de la Constitution.

L’aile du parti Fcbe, fidèle à Paul Hounkpè, fait sa première apparition officielle, après sa participation au dialogue politique des 10,11 et 12 octobre dernier. Une randonnée médiatique au cours de laquelle, Garba Yaya, entouré de ses autres camarades de lutte, a donné lecture à une déclaration axée entre autres sur : la participation de ce parti politique à ce dialogue, les retombées y relatives grâce à cette participation et les points qui fâchent pour n’avoir pas été au centre des échanges du Palais des congrès. Dans un début d’explication, ils estiment que c’est dans la perspective de contribuer à juguler l’impasse politique caractérisée, selon leur déclaration, par des élections législatives monocolores, des lois électorales crisogènes et des arrestations massives et arbitraires des manifestants de l’Opposition, que le parti a décidé de répondre favorablement à cet appel du Chef de l’État, d’où sa participation à ce dialogue politique. A entendre Garba Yaya qui s’est fait porte-parole de circonstance, la participation donc des Fcbe à ce dialogue politique, s’inscrit dans une démarche de pacification et d’apaisement du pays, une démarche de solutions réalistes et réalisables, à court et à moyen terme. « Et c’est pourquoi, il a soutenu au cours de ce dialogue, l’organisation à bonne date des élections communales et l’organisation des élections législatives anticipées pour écourter le mandat des députés de la huitième législature, dont la légitimé est contestée », évoque-t-il. Mais pour le parti, le comité d’experts proposé pour faciliter la mise en œuvre des décisions issues de ce dialogue, a trahi l’idée du dialogue. Comme illustration, il énumère la proposition de révision de la Constitution avec à la clé le poste de vice-président, le couplage des élections, la discrimination positive à l’égard des femmes dans les instances de décisions, la “bonification arbitraire du nombre de sièges dans certains départements”… ; qui selon lui, n’ont pas, soit été abordés, ou ont manqué de consensus, au cours de ces échanges. Même si le parti Fcbe selon lui, a obtenu la libération des détenus politiques, l’actualisation des deux lois électorales objet de conflits, le parrainage élargi aux élus communaux…, il est inconcevable pour les conférenciers, que ces experts aillent au-delà de ce qui a été proposé par les parties prenantes. Sur ce, son équipe et lui, rejettent tous ces rajouts proposés par ledit comité, dont principalement cette révision. « Du haut de cette tribune, le parti Fcbe par notre voix, désapprouve cette révision précipitée et unilatérale. Car, la révision ne faisait pas partie, ni des points débattus, ni des recommandations de ce dialogue », réitère Garba Yaya, à travers cette déclaration. Les autres membres de cette aile du parti, présents à cette sortie médiatique, n’ont pas échappé aux nombreuses préoccupations de la presse. Des préoccupations à l’aune desquelles, le parti selon eux, a toujours le même objectif que les autres partis de l’Opposition, même s’ils reconnaissent que les stratégies actuelles de lutte, ne convergent plus pour le moment.

Janvier GBEDO (Coll.)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite