N°002 du Club de l’économiste du Bénin : La Zlecaf, une idée mal ficelée selon John Igué

193

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La création de la Zone de libre échange continentale africaine (Zlecaf) serait mal inspirée. Contrairement à ceux qui y entrevoient des opportunités d’affaires, John Igué, Professeur agrégé de géographie à la retraite, Directeur scientifique du Laboratoire d’analyse régionale et d’expertise sociale (Lares) pense à une dérobade. Invité jeudi 31 octobre 2019 au siège du journal ‘’L’économiste du Bénin’’ (Cotonou) sur ‘’Le Club de l’économiste du Bénin’’, plateforme d’échanges et de communication initiée par le journal, il n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour exprimer sa désapprobation. Déjà que la gestion de la zone Uemoa (08 pays membres) estime-t-il, peine à convaincre, John Igué se questionne sur la pertinence de la Zlecaf (55 pays membres). Selon ses propos, et se basant sur l’exemple du Nigéria, cette initiative ne profitera qu’aux pays développés qui transformeront ceux pauvres en des poubelles. Elle créera plus de problèmes qu’elle va en résoudre. Pour lui, l’initiative reste donc, à long terme, un échec. D’autres thématiques, il faut le rappeler, ont été abordées au cours des échanges. Du secteur privé au Bénin en passant par la fermeture des frontières nigérianes, la monnaie Eco, le secteur informel au Bénin, etc. les questions ont abondé. Ce dernier sujet a même alimenté les écrits du Pr John Igué qui en a fait un ouvrage. Intitulé «Les activités du secteur informel au Bénin : des rentes d’opportunités à la compétitivité nationale», il est, renseigne-t-il, un diagnostic dont l’objectif est de permettre aux décideurs, de partir des domaines porteurs de l’informel pour structurer l’économie. Secteur très bien organisé contrairement à ce qui se dit, affirme-t-il, il s’est imposé au vu de sa souplesse (pas de lois, pas d’ajustement structurel) qui contraste avec un secteur formel réservé aux élites et «fortement» dépendant de l’extérieur. L’ouvrage est en vente à la Sonaec, à Notre Dame au prix de 20 000 F Cfa.

 

C.K

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite