La loupe : Frontières fermées, Jusqu’à quand?

1 349

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 Tout le monde finalement se tait et le gouvernement ou ses agents soutiennent que des négociations se font dans l’ombre. Les frontières restent fermées et les commerçants sont voués à leur propre sort.

Le mal est que les opérateurs économiques qui ne sont pas dans l’informel subissent les mêmes affres et les mêmes pertes que les « faussaires ».

Les jours s’égrènent, les semaines passent et les mois s’écoulent. Les béninois et leurs dirigeants tombent progressivement dans l’accoutumance et dans l’habituation comme si c’était un jeu de Ludo.

On oublie que cela touche directement à l’économie  locale, et impacte le pays entier. Un tour au marché Dantokpa permet de savoir que les plus gros clients viennent du Nigéria et surtout que les femmes de ce marché aussi, les femmes béninoises, sont nombreuses à aller chercher elles aussi leurs produits au Nigéria.

Pour Porto-Novo et le département de l’Ouémé et du Plateau, pour les habitants du département des collines,  pour plusieurs localités du septentrion, le commerce sur le Nigéria, et les échanges sur place et au niveau des frontières pèsent lourdement dans notre balance économique.

Sur quoi comptent nos dirigeants? Difficile de le savoir.

De toutes les manières, le ventre affamé n’a point d’oreille et ceux qui s’amusent avec la fermeture des frontières nigérianes sont certainement conscients de tout ça.

Au pays on criait déjà au sous-emploi, à l’absence du social. Si cette crise doit venir s’y ajouter et de manière interminable, il faut prévoir les conséquences imprévisibles.

Il faut ouvrir les frontières.

Tout faire pour ouvrir les frontières.

Le peuple ne comprend pas un autre langage en ce moment.

Dine ABDOU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite