Hygiène et assainissement de base : De grands défis restent à relever

657

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Si des efforts sont consentis par le gouvernement béninois et des structures non étatiques, de grands défis liés à l’hygiène et l’assainissement de base restent à relever. Selon la cinquième enquête démographique et de santé 2017-2018, 54% des ménages au Bénin n’ont pas de toilettes alors que les réalisations contenues dans le Bilan Hygiène et assainissement de base en 2018 sont loin de combler les attentes…
Constitutionnellement reconnu à tout béninois, le droit à un environnement sain, satisfaisant et durable (art 27) est encore loin d’être garanti à tous. Et ce, malgré les initiatives et réalisations du gouvernement et structures non étatiques. “Globalement, 13 % des ménages utilisent les installations sanitaires améliorées, 21 % utilisent les toilettes partagées, 12 % utilisent les toilettes non améliorées, tandis que la majorité (54 %) n’a pas de toilettes. Plus d’un tiers des ménages (36 %) disposent d’électricité. Le pourcentage de ménages urbains disposant d’électricité est près de trois fois plus élevé qu’en milieu rural (56 % contre 19 %)“. Ces statistiques alarmantes révélées par la cinquième enquête démographique et de santé (Edsb V) démontrent combien le chemin reste à parcourir quant à l’hygiène et l’assainissement au Bénin. Selon le Bilan Hygiène et assainissement de base en 2018 de la Direction nationale de santé publique, sur 444 cabines de latrines prévues pour être réalisées, 362 ont été érigées et 141 lave-mains. Par ailleurs, 6 douches sur 12 prévues ont été réalisées et 29 incinérateurs sur 41 réalisés dans les centres de santé. Quant aux ouvrages familiaux réalisés suite à l’Atpc 2018, on peut noter 5271 latrines et 4179 lave-mains. Concernant les activités de désinsectisation, les opérations ont été menées à 73%. Si la validation en avril 2019 du document de stratégie de promotion de l’hygiène et de l’assainissement de base en milieux urbain et péri urbain vise à doter le Bénin d’un plan d’hygiène et d’assainissement cohérent au service du bien-être des communautés, la route est encore longue et plus ou moins épineuse. Conscientes de ce que le Bénin reste l’un des pays où les progrès en matière d’hygiène d’assainissement de base sont relativement faibles tant en milieu rural qu’en milieu urbain et péri urbain, les autorités béninoises doivent davantage agir. Le comble, plus de 50% de la population continue de pratiquer la défécation à l’air libre. De plus, la politique de gestion des déchets solides ménagers n’a pu combler les attentes notamment au niveau communal et local. Fort des statistiques qui interpellent la conscience collective, il urge de souligner que le sous-secteur de l’hygiène et de l’assainissement de base mérite autant que celui de l’eau, une attention plus que soutenue afin de garantir aux populations des conditions de vie décente.

- Advertisement -

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite