Citation directe à comparaitre au secrétaire exécutif des Fcbe : Valentin Djènontin, l’élément gênant enfin pêché ?

661

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Absent de la liste des personnes recherchées par la justice béninoise, l’He Valentin Djènontin, ancien Garde des sceaux et secrétaire exécutif du parti de l’opposition Fcbe se trouve désormais dans les mailles de la justice. Cité à comparaitre le 8 novembre 2019 devant la troisième chambre correctionnelle des citations directes, ce proche de l’ancien président Boni Yayi était en effet, le seul responsable de ce parti politique à ne pas avoir des démêlées avec la justice. Selon plusieurs analyses des observateurs, l’ancien ministre de la justice étant fidèle au leader charismatique du parti et principal opposant au régime de la Rupture, serait dans le viseur. Il serait l’élément à craindre dans le plan de “déstabilisation“ du parti. Il fallait donc le sortir des rangs. Et le voilà, rattrapé, en tout cas selon la citation directe, par une affaire qui remonte à septembre 2018 soit plus d’un an après. Selon la citation directe transmise par l’huissier Antoine Lassehin, l’ancien ministre de la justice est appelé à comparaitre devant la troisième chambre correctionnelle des citations directes. Il lui est reproché d’avoir divulgué sur les réseaux sociaux le week-end des 22 et 23 septembre 2018, un courrier confidentiel (lettre n°977/MJL/SP-C) qu’il aurait obtenu de son beau-frère, agent de liaison au ministère de la justice. « Attendu que ces faits constituent à l’égard de monsieur Valentin Djènontin, les infractions de complicité de vol, complicité de violation de correspondance, complicité de violation de secret professionnel, atteinte au secret des correspondances sur internet, prévus et punis par les articles 70, 379, 372 et 390 du code pénal et l’article 575 du code du numérique », précise la citation directe. Déclaré coupable dans ladite citation, Valentin Djènontin devra être condamné aux frais. Si beaucoup y voit déjà un acte politique, il est clair que les responsables du parti de l’opposition Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) ne sont pas encore à l’abri des démêlées avec la justice malgré les conclusions du dialogue politique.

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite