Pour non accès au réseau Wi-Fi de l’Assemblée nationale : Les populations de Porto-Novo mécontentes

1 296

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Depuis un certain temps, les populations de la ville de Porto-Novo n’ont plus accès au réseau Wi-Fi de l’Assemblée nationale. Ayant appris que cela est dû à la volonté des responsables de l’institution parlementaire, ces dernières ne cachent pas leur mécontentement à qui veut le savoir.

 

En effet, depuis plus d’une décennie que l’institution parlementaire s’est dotée d’un réseau Wi-Fi, ses alentours et surtout l’esplanade extérieure sont pris d’assaut  par des populations qui y viennent pour profiter du réseau Wi-Fi de l’Assemblée afin  de naviguer via internet. Malheureusement, au Palais des gouverneurs à Porto-Novo, l’accès au Wi-Fi du Parlement, autrefois très prisé pour accéder à l’Internet, n’est plus possible si on est à l’extérieur de l’institution. S’il est vrai que la connexion Wi-Fi ne pose pas grand problème chez le personnel parlementaire et les députés, ce n’est pas le cas chez les populations qui  n’ont plus le privilège d’accéder facilement à l’Internet via le Wi-Fi du Parlement. Des plus âgés, aux plus jeunes tous sexes et catégories socioprofessionnelles confondus, les bénéficiaires du Wi-Fi du Parlement ne savent plus à quel saint se vouer. Ils ne jouissent plus facilement du Wi-Fi. Ironie du sort, les discussions se mènent comme s’ils ont droit à ce précieux sésame des temps modernes. Pour les uns, le Wi-Fi du Parlement est un bien commun et la représentation nationale doit servir de leçon surtout qu’elle est à l’avant-garde de la promotion de l’accès à internet à tous avec à la clé le vote de la loi sur le numérique. D’autres ne sont pas du même avis. Pour ce type de citoyens, le Wi-Fi du Parlement est un outil de travail pour les députés et le personnel parlementaire. Il ne doit pas être ouvert au public. Des responsables de l’institution, on retient que des mesures sécuritaires seraient à la base de cette décision. C’est donc pour mettre fin à la prise d’assaut de l’esplanade et de ses alentours jusqu’à des heures induites par des milliers de citoyens à la quête de la connexion Wi-Fi.  Ce qui perturbe la sécurité du Parlement. À défaut de les dégager,  le Parlement a donc pris la décision de revoir l’accès à son Wi-Fi.

 

C’est une décision très importante mais cela ne reste sans conséquence sur les populations de la ville.

 

Kola PAQUI

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite